Le Remède de Fortune

Introduction

Le narrateur se voit demander par sa dame si le poème qu'elle a trouvé est de lui ; il la fuit et arrive dans un jardin où Espérance le console et lui apprend comment être un bon amant ; il revient alors auprès de sa dame (environ 4300 vers ; sont insérés 8 poèmes lyriques, dont 7 mis en musique).

Le Dit

BNF fr. 1586 23rA A) BNF fr. 1586 23r.

Cils qui vuet aucun art aprendre
A douze choses doit entendre :
La première est qu'il doit eslire
4Celui ou ses cuers mieus se tire
Et ou sa nature l'encline ;
Car la chose envis bien define
Qu'on vuet encontre son cuer faire,
8Quant Nature li est contraire.
Aimme son maistre et son mestier
Seur tout ; et ce li est mestier
Qu'il l'onneure, oubeïsse, serve ;
12Et ne cuide pas qu'il s'asserve,
Car s'il les aimme, il l'ameront,
Et s'il les het, il le harront :
Pourfiter ne puet autrement.
16Doctrine reçoive humblement ;
Mais bien se gart qu'il continue,
Car science envis retenue
Est et de legier oubliée,
20Quant elle n'est continuée.
Soing, penser, désir de savoir
Ait, si porra science avoir.
Et l'entreprengne en juene aage,
24Eins qu'en malice son corage
Mue par trop grant congnoissance.
Car le droit estât d'innocence
Ressamble proprement la table
28Blanche, polie, qui est able
A recevoir, sans nui contraire,
Ce qu'on y vuet peindre et pourtraire ;
Et est aussi comme la cire
32Qui sueffre dedens li escrire,
Ou qui retient fourme ou empreinte,
Si comme on l'a en li empreinte.

Einsi est il certeinnement
36De vray humein entendement
Qui est ables a recevoir
Tout ce qu'on vuet et concevoir
Puet tout c'a quoy on le vuet mettre,
40Armes, amours, autre art ou lettre.
Car chose ne puet si forte estre,
S'il vuet, qu'il n'en deveingne mestre,
Mais qu'il vueille faire et labeure
44Ad ce que j'ay dit ci desseure.

Pour ce l'ay dit que, quant j'estoie
De Testât qu'innocence avoie,
Que juenesse me gouvernoit
48Et en oiseuse me tenoit,
Mes ouevres estoient volages :
Varians estoit mes corages ;
Tout m'estoit un, quanque vëoie,
52Fors tant que toudis enclinoie
Mon cuer et toute ma pensée
Vers ma dame, qui est clamée
De tous seur toutes belle et bonne.
56Chascuns par droit ce nom li donne ;
Et de tous les biens que Nature
Puet ottroier a créature
A tant qu'elle est fleur souvereinne
60Seur toute créature humeinne.

Pour c'a li mes cuers s'enclinoit,
Et Nature li aprenoit,
Ce m'est vis ; car certeinnement
64Selonc mon juene entendement
La vëoie moult volentiers.
Car mes voies et mes sentiers,
Mi gieu, mi penser, mi retour
68Estoient en son noble atour
Tout adès, n'avoir ne pooie,
Sans li vëoir, parfaite joie.

Et quant Amours vit qu'en ce point
72Estoie, elle n'atendi point,
Eins s'i mesla par tel manière
Que puis ne fu, ne jamais n'iere,
Que seur tout quanque Dieus a fait
76Ne l'aimme de cuer et de fait,
Oubeïsse, serve et honneure,
Et qu'en tous tans et en toute heure
Ne soie tous siens sans demi
80A loy de très loial ami.
Car c'a esté m'amour première,
Et si sera la darreniere.
Pour c'en li servant fineray,
84Ne jamais autre n'ameray.
Or doint Dieus que s'amour soit moie,
Qu'en ce monde plus ne vorroie.

Einsi fist Amours par son art
88Qui maint franc cuer doucement art
Que, quant premiers ma dame vi,
Sa grant biauté mon cuer ravi.
Et quant de s'amour fui espris,
92Juenes estoie et desapris,
S'avoie bien mestier d'aprendre,
Quant tel fais voloie entreprendre.
Que di je ? Eins l'avoie entrepris.
96Qu'einc congié ne conseil n'en pris
Fors a mon cuer et a ses yeus
Qui en riant m'ont en mains lieus
Prié que par amour l'amasse
100Si doucement, que je n'osasse
Leur vueil refuser, ne peùsse.
Et mes cuers voloit que je fusse
Tous siens, et j'aussi le voloie,
104Et pour c'a eaus m'en consilloie.
Si qu'einsi fui, se Dieus me gart,
Pris par dous ris et dous regart.
Et certeinnement, se j'eüsse
108Tant de bien en moy que je fusse
Aussi sages com Salemons,
Et fust miens quittes tous li mons,
Et aussi preus comme Alixandres
112Ou comme' Hector, qui gueres mendres
Ne fu de li quant a valour,
Et s'eûsse autretant d'onnour
Comme ot Godefroy de Buillon,
116Et la biauté qu'ot Absalon,
Et de Job la grant pacience,
L'estableté et la constance
De Judit et de Socratès,
120Qui en un point estoit adès,
Car pour gaaingne ne pour perte
Ne se mouvoit, tant fust aperte,
Et avec ce l'umilité
124Qu'Ester ot, et la loiauté
D'Abraham, a vérité dire,
Ne peûsse je pas souffire
Pour dame amer de tel affaire.
128Mais Amours le me firent faire
Qui m'i donnèrent ligement,
Quant je la vi premièrement ;
Si que siens sans riens retenir
132Sui, que qu'il m'en doie avenir,
Et seray, tant com je vivray,
Ne jamais autre n'ameray.

Et quant Amours m'ot a ce mis
136Que pris fui et loiaus amis,
Elle congnut bien ma juenesse,
Mon innocence, ma simplesse.
Et pour ce qu'estoie en enfance,
140Me prist elle en sa gouvernance ;
Si me moustra la droite voie,
Comment ma dame amer dévoie,
Servir, oubeïr, honnourer,
144Humblement croire et aourer
Et cremir seur toute autre rien
Com m'amour et mon dieu terrien,
Et que toudis eüsse l'ueil
148A faire son bon et son vueil,
En gardant s'onneur et sa pais,
Et que, se de l'amoureus fais
Me venoit peinne, ne dolour,
152Ou merencolie, ou tristour,
Que tout humblement recueillisse,
Et qu'a grevez ne m'en tenisse ;
Et aussi que bien me gardasse
156Que ceste amour continuasse,
Et qu'adès, de près et de loing,
Désir, penser eüsse et soing
De s'amour et sa grâce acquerre,
160Sans autre désirer ne querre,
Et que loiaus fusse et secrez.
Ce sont les poins et les degrez
Qu'Amours m'enseingna et aprist,
164Quant en gouvernance me prist' ;
Et je les ay si bien apris
Que puis en un seul ne mespris.

Et aussi ma très douce dame,
168Que je désir et aim, par m'ame,
De cuer, sans pensée vileinne,
Plus que Paris ne fist Heleinne,
M'estoit miroir et exemplaire
172De tous biens désirer et faire.
Et pour le bien qu'en li vëoie,
De tout bien faire me penoie
Et me gardoie de mesprendre,
176Si qu'on ne me peùst reprendre,
A mon pooir, car sa bonté
M'en donnoit cuer et volenté.

Et son humilité parfaite
180M'estoit escuz, deffense et gaite
Qu'orguieus ne me peüst sousprendre,
Qui mains maus norrist et engendre,
Et qu'envers tous très doucement
184Me maintenisse et humblement.
Et vraiement bien dire puis
Que d'umblesse est fonteinne et puis ;
Qu'onques turtre ne turterelle,
188Aingnaus, coulons, ne coulombelle,
Damoiselle, ne pucelette
Ne pot estre d'orgueil plus nette,
Ne plus pleinne d'umilité,
192Acompaingnie de pité,
En tous cas et en tous endrois,
De li. Certes, et c'est bien drois,
Car il li vient de droite ligne ;
196Pour c'en ce cas pas ne forligne.

Et sa manière asseürée,
De tous et de toutes loée,
Son biau port, son gentil maintieng
200Qui pareil n'ont, si com je tieng,
Tout aussi com l'enfant le mestre
Aprent, m'aprenoient a estre.
Car, sans plus, de leur ramembrance
204Maintieng, manière et contenance
Loing de li souvent me venoit
Milleur, quant il m'en souvenoit.
Si que dont, quant je la vëoie
208Vis a vis et que remiroie
Son port, son maintieng, sa manière,
Qui plus est estable et entière
Que nulle qu'onques mais veïsse,
212Bien estoit drois qu'en retenisse
Aucun notable enseingnement,
Quant dou souvenir seulement
Meintes fois par Douce Pensée
216Ma manière estoit amendée.

Et sa gracieuse parole,
Qui n'estoit diverse ne foie,
Estrange ne mal ordenée,
220Hauteinne, mais bien affrenée,
Cueillie a point et de saison,
Fondée seur toute raison,
Tant plaisant et douce a o'ir,
224Que chascun faisoit resjoïr,
Me metoit un frein en la bouche
Pour moy taire de ce qui touche
A tout ce qu'on claimme mesdire.
228Mais laisse avoit pour le bien dire,
Car nuls ne doit dire d'autrui
Ce qu'il ne vuet oïr de lui.
Le trop parler me deffendoit ;
232Parler a point me commandoit,
Sans baudour et sans venterie,
Sans mentir et sans flaterie ;
Car c'est chose moult honnourable
236D'estre en son parler véritable,
Et vérité ne quiert nuls angles,
N'elle n'a que faire de jangles.

S'onneur et sa grant courtoisie
240Me deffendoient villonnie
Et voloient que j'honnourasse
Chascun, et que po me prisasse ;
Car cils a l'onneur qui la fait,
244Nom pas cils a qui on la fait.
Et se l'Evangile n'est fausse,
Humiliez est qui s'essausse,
Et qui s'umilie essaussiez.
248Pour c'est li noms si essaussiez
De ma dame par tout le monde,
Qui en humilité habonde,
En honneur et en courtoisie,
252Plus qu'en dame qui soit en vie ;
Et comment que chascuns li donne
Le pris d'onneur et la coronne,
Estre cuide, tant a d'onnour,
256Entre les autres la menour.
Ne congnoissoit foie largesse,
Ne d'escharseté la simplesse,
Ne la destresse d'avarice,
260Qui est en cuer humain grant vice.
Mais toudis, quant elle donnoit,
Ses dons sagement ordonnoit
Et savoit certeinnement quoy,
264Quant, comment, a qui et pour quoy.
Tost le faisoit, et volentiers,
S'en estoit ses dons plus entiers ;
Car qui tost donne, deus fois donne.
268De ce m'estoit maistresse bonne
Qui m'aprenoit a bonne escole
Que n'eüsse largesse foie,
Avarice, n'escharseté
272Que largesse het sans pité,
Et seur tout qu'en moy fer ne fust
Dou dart d'avarice ne fust,
Qui tout autre bien fait périr
276Par tout ou il se puet ferir.
Car ja homs n'iert tant honnourez,
Que ses biens n'en soit devourez
Et qu'il n'en perde, s'il a pris,
280Scens, honneur, ame, los et pris.

Et sa grant douceur a nul fuer
Ne se departoitde moncuer,
Car sa demeure et son séjour
284Y faisoit de nuit et de jour.
Et aussi com le dous entrait
La doleur d'une plaie trait
Et adoucist, sa grant douçour
288Faisoit adoucir la dolour
Qu'Amours et Désirs me faisoient,
Qui maint grief estour me donnoient,
Desquels je ne me pleing ne dueil,
292Car je n'en ai peinne ne dueil,
Einsoisles recueil humblement,
Bonnement et joieusement.

Et son très dous plaisant regart
296Attraioit mon cuer de sa part
Tout aussi, par son dous attrait,
Com l'aimant le fer attrait.
Et ce tenoit mon cuer en joie,
300 Car quant ce dous regart vëoie,
En moy ne prenoit son repaire
Riens qui fust a joie contraire.
Et sa biauté, qui toutes passe,
304Enlaçoit mon cuer et enlasse
De plus en plus de jour en jour
En son service et en s'amour,
Et m'aprenoit, par sa puissance,
308A congnoistre Douce Espérance,
Et a désirer la mercy
D'Amours, dont moult la remercy.
Car certes, je ne congnoissoie
312Espoir ne Désir, quant en voie
Me mist sa biauté dou congnoistre,
Pour m'amour et ma joie acroistre,
Qu'Amours croist Désir et enorte,
316Et Espérance joie aporte.

Et son noble atour bel et gent,
Qui est, au dit de toute gent,
Simple, faitis, apert et cointe,
320M'acointoit et encor acointe
Que me tenisse cointement,
Nettement et joliement,
Trop ne po ; car qui se desguise,
324Certes, ce n'est pas belle guise ;
Mais qui puet au moien venir,
C'est le plus seür a tenir.

Einsi son exellent bonté
328Et sa parfaite humilité,
Sa manière qui n'est volage,
Son gentil port, son maintieng sage,
Son biau parler, sa haute honnour,
332Sa courtoisie sans errour,
Sa franche libéralité,
Sa douceur pleinne cTamisté,
Son dous regart, sa biauté fine
336Et son atour belle doctrine
Me demoustroient et maint bien,
Se je les retenisse bien.
Et ja soit ce qu'en li veïsse
340Tous biens, et po en retenisse,
Ne puet estre que mieus n'en vaille,
Ou ce seroit mal fait sans faille.
Et se retenu les avoie,
344Volentiers pas ne les diroie,
Pour ce que loange assourdist
En bouche qui de li la dist.
Et nompourquant tant en vueil dire
348Sans venterie et sans mesdire
A sa loange seulement,
Que de livenra proprement,
S'en toute ma vie riens vail,
352A qui cuer, corps et ame bail.

Einsi la très noble doctrine
Qui tant est précieuse et fine
De la belle me doctrina,
356Qui toute bonne doctrine a.
Et je la servi longuement
De cuer si amoureusement,
Qu'a nulle autre rien n'entendoie
360Fors a s'amour ou je tendoie.
Mais de tout ce riens ne savoit,
Ne comment elle pris m'avoit ;
Car pour riens ne li descouvrisse
364L'amour de mon cuer, ne deïsse,
Ne descouvrir ne li peiïsse,
Se je vosisse ne sceüsse ;
Eins portoie couvertement
368Ceste amour et celeement,
Sans faire en plainte ne clamour,
Tant estoie espris de s'amour.
Nompourquant, quant de son regart
372Sentoie le très dous espart,
Je perdoie toute vigour
Par sa force et par sa rigour,
Et me faisoit teindre et pâlir,
376Frémir, trambler et tressaillir.
Lors pooit bien apercevoir
Que l'amoie sans décevoir
Plus cinq cens mille fois que mi,
380Sans feintise et de cuer d'ami.
S'usoie ensement ma jouvente
Pour ma très douce dame gente
En dous penser, en souvenir,
384En espérance d'avenir
A sa grâce que tant désir
Que je n'ay nul autre désir.

Si sentoie maintes pointures,
388Une heure douces, l'autre sures,
L'autre plaisant, l'autre enuieuse,
L'autre triste, l'autre joieuse.
Car cuers qui sent d'Amours le point
392N'est mie toudis en un point,
N'asseür de joie ou de peinne ;
Einsois couvient qu'il se demeinne
Selonc la fortune d'Amours.
396Mais la teste encline comme ours
Recevoie son dous voloir,
Fust de joie, fust de doloir,
Humblement comme amis parfais
400Amoureus par dis et par fais.
Et pour ce que n'estoie mie
Toudis en un point, m'estudie
Mis en faire chansons et lais,
404Balades, rondiaus, virelais
Et chans, selonc mon sentement,
Amoureus et non autrement ;
Car qui de sentement ne fait,
408Son ouevre et son chant contrefait.
Ne moustrer aussi ne pooie
Les maus d'amours que je sentoie
A ma dame qui en chantant
412Me va si bel comme enchantant.
Et tous les chans que je ditoie,
A sa loange les faisoie
En pensant que, s'il avenist
416Que mes chans devant li venist,
Qu'elle porroit savoir comment
Je l'aim et sui en son comment.
Et mes cuers moult s'y deduisoit,
420Quant ma dame a ce me duisoit
Qu'a sa loange et a s'onnour
Me faisoit chanter pour samour.
Car chanters est nez de leéce
424De cuer, et plours vient de tristece.
Et seur ce que Douce Pensée
S'est dedens mon cuer enfermée,
Souvenirs et Bonne Espérance
428Et Loiauté, ou ma fiance
Ay si toute qu'ailleurs ne l'ay,
Fis je ce dit qu'on claimme lay :

BNF fr. 1586 26rB B) BNF fr. 1586 26r.

Lai.

I

Qui n'aroit autre déport
432En amer
Fors dous Penser
Et Souvenir
Avec l'Espoir de joïr,
436S'aroit il tort,
Se le port
D'autre confort
Voloit rouver ;
440Car pour un cuer saouler
Et soustenir,
Plus quérir
Ne doit merir
444Qui aimme fort.

Encor y a maint ressort :
Ramembrer,
Ymaginer
448En dous plaisir
Sa dame vëoir, oïr,
Son gentil port,
Le recort
452Dou bien qui sort
De son parler
Et de son dous regarder,
Dont l'entrouvrir
456Puet garir
Et garentir
Amant de mort.

II

Et qui vorroit plus souhaidier,
460Je n'os cuidier
Si fol cuidier
Que cils aimme de cuer entier
Qui de tels biens n'a souffisance ;

464Car qui plus quiert, il vuet trichier,
S'Amours tant chier
L'a que fichier
Deingne par l'ueil de son archier
468En son cuer d'eaus la congnoissance.

Car on ne les puet esprisier,
Ne trop prisier,
Quant de legier
472Puelent de tous maus alegier,
Et faire par leur grant puissance

Un cuer navré sain et legier,
Sans nul dangier,
476Et eslongier
De mal, et de joie aprochier.
Seulement de leur ramembrance.

III

Et pour c'engendrée
480S'est Douce Pensée
En mon cuer et enfermée,
Qu'adès me souvient

De la désirée,
484Dont ma joie est née
Et l'espérance doublée
Qui de li me vient.

S'en yen honnourée,
488Servie, loée,
Crainte, obeïe et amée,
Faire le couvient ;

Car s'il li agrée,
492J'aray destinée
Bonne ou mort désespérée
Dou tout a li tient.

IV

Mais quant je voy
496Le très bel arroy
Simple et coy,
Sans desroy,
De son corps, le gai,

500Et que je l'oy
Parler sans effroy,
Par ma foy,
Si m'esjoy
504Que toute joie ay.

Faire le doy,
Se je l'ai m et croy ;
Car de moy
508A l'ottroy
Et de mon cuer vray,

Qui maint en soy,
Dont tel bien reçoy
512Que puis n'oy
Grief anoy
Que je l'enamay.

V

Et se par Désir recueil
516Aucun grief, pas ne m'en dueil,
Car son très dous riant oueil
Tout adoucist

Le grief qui de Désir ist ;
520Si me plaist et abelist
Tant qu'au porter me delist,
Plus que ne sueil,

Pour sa biauté sans orgueil
524Qui toutes passe, a mon vueil,
Et pour son très bel acueil
Qui toudis rist,

Si qu'en plaisance norrist
528Mon cuer et tant m'enrichist
Qu'ainsi vivre me souffist,
Ne plus ne vueil,

VI

Fors tant, qu'en aucune manière
532Ma dame chiere,
Qui de mon cuer la tresoriere
Est et portière,
Sceûst qu'elle est m'amour première
536Et darreniere.
Et plus l'aim qu'autrui ne mon bien,

Nom pas d'amour veinne et legiere,
Mais si entière,
540Que mieus ameroie estre en bière
Qu'a parsonniere
Fust, n'en moy pensée doubliere.
Tels toudis iere,
544Comment qu'elle n'en sache rien.

Car ne sui tels qu'a moy arrière
Que s'amour quiere,
Ne que de son vueil tant enquiere
548Que li requière ;
Car moult porroit comparer chiere
Tele prière
Mes cuers qui gist en son lien.

552Pour ce n'en fais samblant ne chierc,
Que je n'aquiere
Refus qui me déboute ou fiere
De li arrière ;
556Car se sa douceur m'estoit fiere,
Amours murtriere
Seroit de moy, ce say je bien.

VII

Si n'est voie
560Qui m'avoie
Comment descouvrir li doie
Par nul tour ;
Car sans retour

564Je morroie,
Se j'avoie
Refus, et, se je vivoie,
Ma baudour
568Seroit tristour.

Fols seroie,
Se rouvoie
Riens plus, fors qu'en li emploie
572Corps, honnour,
Cuer et amour ;

Qu'autre joie
Ne devroie
576Voloir, s'assez remiroie
Sa douçour
Et sa valour.

VIII

Dont la bonne et belle,
580Comment sara elle
Que de li véoir
En mon cuer s'ostelle

Une amour nouvelle
584Qui me renouvelle
Et me fait avoir
Joieuse nouvelle,

De quoy l'estincelle
588Fait sous la mamelle
Mon fin cuer ardoir ?
S'en frit et sautelle,

Qu'homs ne damoiselle,
592Dame ne pucelle,
Ne lepuet savoir,
Si le port et selle.

IX

Amours que j'en pri,
596Qui volt et souffri
Qu'a li, sans detri,
Quant premiers la vi, m'offri,
Li porra bien dire

600Que pour s'amour fri
Sans plainte et sans cri,
Et qu'a li m'ottri,
Comme au plus très noble tri
604Que peüsse eslire,

Et qu'autre ne tri ;
Einsois a l'ottri
Qu'onc ne descouvri,
608Dont maint souspir ay murtri
Qui puis n'orent mire.

Mais s'en mon depri
M'est amours estri,
612Je n'en brai ne cri,
N'autrement ne m'en defri,
Ne pense a defrire.

X

Car ensement
616Vueilliement,
Joliement
Et gaiement,
En ma dame amer loyaumen
620User toute ma vie

Si franchement,
Que vraiement,
Se j'ay tourment,
624Aligement
N'en vueil, fors souffrir humblement
Ma douce maladie.

Celeement
628Et sagement,
Patienmènt
Et nettement
Iert et très amoureusement
632Dedens mon cuer norrie ;

Car bonnement
Et doucement,
Procheinnement,
636S'Espoirs ne ment,
M'iert ma peinne très hautement
A cent doubles merie.

XI

Car comment que Désirs m'assaille
640Et me face mainte bataille
Et poingne de Tamoureus dart,

Qui souvent d'estoc et de taille
Celeement mon cuer détaille,
644Certes bien en vain se travaille,
Car tout garist son dous regart

Qui paist d'amoureuse vitaille
Mon cuer et dedens li entaille
648Sa biauté fine par tel art

Qu'autre n'est de quoi il me chaille,
Et des biens amoureus me baille
Tant qu'il n'est joie qui me faille
652Que n'aie de li que Dieus gart.

XII

Et pour ce, sans nul descort,
Endurer
Vueil et celer
656L'ardant désir
Qui vuet ma joie amenrir
Par soutil sort ;
Si le port
660Sans desconfort
Et vueil porter ;
Car s'il fait mon cuer trambler,
Taindre et pâlir
664Et frémir,
A bien souffrir
Dou tout m'acort.

Il me fait par son enort
668Honnourer,
Servir, doubter,
Et oubeïr
Ma dame et li tant chierir
672Qu'en son effort
Me déport,
Quant il me mort
Et vuet grever,
676Mais qu'a li vueille penser
Qu'aim et désir
Sans partir,
Ne repentir ;
680La me confort.

Einsi me fist ma dame faire
Ce lay qu'oÿ m'avez retraire,
Ta soit ce que riens n'en sceûst
684Qu'elle fait faire le m'eùst.
Mais selonc le sens que j'avoie,
A sa loange le faisoie,
Et si près de mon sentement
688Com je pooie bonnement,
Tant que par aventure avint
Qu'en sa présence cils lais vint
(Et venus y estoie aussi,
692Dont j'os puis assez de soussi)
Qu'elle me commanda au lire.
Si ne li osay escondire,
Eins li lus tout de chief en chief ,
696A cuer tramblant, enclin le chief,
Doubtans qu'il n'i eûst meffait,
Pour ce que je l'avoie fait.
Et quant je li os tout leû
700Et elle l'ot bien conceû,
Me demanda qui fait l'avoit,
Pour ce qu'elle ne le savoit.
Et si tost qu'elle dit le m'ot,
704Je n'eüsse dit un seul mot
Pour toute l'empire de Romme ;
Car nuls cuers ne penseroit comme
Je perdi manière et vigour ;
708Car honte, amour, biauté, paour,
Et ce que celer li voloie
L'amoureus mal que je sentoie,
Me tollirent si le mémoire
712Et les cinq sens, que ne puis croire
Qu'onques amans fust en tel point,
Ne de parler si mal a point.
Car je n'i savoie moien,
716Tant estoit en estroit loien
Mes cuers qui de paour trambloit.
Et vraiement, il me sambloit,
Se j'eüsse dit : « Je le fis »,
720Que trop me fusse desconfis
Et mis, espoir, en aventure
De mort crueuse, amere et dure,
Pour ce que li eüsse ouvert
724Comment je l'aim, et descouvert.
Et s'un po de durette chiere,
Ou de regart, ou de manière,
Ou de parler, ou autrement,
728M'eüst fait, je say vraiement
Qu'eüsse esté mors en la place
Pour paour de perdre sa grâce,
Nom pas pour ce qu'elle fust moie,
732Mais en esperence en estoie ;
Et pour ce n'osoie respondre
Sa demande, n'a li respondre.

Mais encor plus me deceüsse
736Assez, se menti li eüsse ;
Car mentir ne doit a sa dame
Amans pour mort de corps ne d'ame,
Eins li doit toudis dire voir
740Au plus près qu'on le puet savoir.
Et certes, si bonne et si sage
Est ma dame, qu'a mon visage
Sceüst tantost se je bourdasse,
744Ja si bien ne H coulourasse.
Et ce faisoit mon cuer defrire
Que ne savoie le quel dire,
De vérité ou de mansonge.
748Et pour ç' aussi, com se fust songe,
Ravis en parfonde pensée,
De devant ma dame honnourée,
Sans respondre et sans plus atendre,
752Me départi, sans congié prendre,
En tel point que je ne savoie
Qu'il me failloit, ne ou j'estoie.
Et au partir soupiranment
756Pris a plourer si fondanment
Qu'en plours et en larmes fondoit
Mes cuers qui tous s'en confondoit.
Et pour gaaingnier tout le monde,
760Je n'eüsse retenu l'onde
De ce plour, que par mi le vis
Ne me coulast a son devis.
Mais de ce fu trop eùreus
764Qu'âme n'i avoit, fors nous deus,
Qui s'en peùst apercevoir,
Ne qui riens en peüst savoir.
Car tuit li autre assez longnet
768Estoient mis en un congnet
Et s'esbatoient bonnement
A jouer au « Roy qui ne ment ».

Einsi laissai ma dame chiere,
772Et m'en parti a simple chiere,
Tristes, pensis et souspirans,
Merancolieus, desirans
De venir en aucun destour
776Ou finer peûsse mon plour,
Tant qu'a moy fusse revenus.
Si m'en alay les saus menus,
Pour ce que, s'aucun encontrasse,
780Que tant ne quant n'i arrestassc,
Et par quoy on n'aperceùst
Qu'en moy plour ou tristece eüst.
S'alai einsi moult longuement,
784Sans issir de mon pensement,
Tant que vi un trop biau jardin
Qu'on claimme le Parc de Hedin.
Lors celle part m'acheminay
788Et de cheminer ne finay,
Tant que j'y vins ; mais je n'y pos
Entrer ; car il estoit enclos
De haus murs et environnez,
792Ne li chemins abandonnez
N'estoit pas a tous et a toutes.
Nompourquant je sieui les routes
Qu'a terre vi et les esclos
790Jusqu'à un huis qui estoit clos,
Qui trop bel sëoit et trop gent
En un destour et loing de gent.
S'i avoit un petit guichet,
800De quoy je levay le clichet ;
Et quant levé l'eus, j'entrai ens ;
Mais je ne vi ame laiens,
Dont plus liez fu, car je voloie
804Estre tous seuls, se je pooie.
Et quant j'eus mon vueil assevi
D'entrer ens, et tous seus me vi,
Le guichet fermai au verrueil.
808Si m'en alai parmi le brueil
Qui estoit si biaus qu'onques mais
Nevi, ne ne verrai jamais
Si bel, si gent, si aggreable,
812Si plaisant, ne si delitable ;
Et les merveilles, les déduis,
Les ars, les engins, les conduis,
Les esbas ; les estranges choses
816Qui estoient dedens encloses,
Nesaroie jamais descrire.
Et nompourquant je puis bien dire
Qu'homme ne saroit déduit querre
820En l'air, en l'iaue, n'en la terre,
Qu'on n'i trouvast prest a toute heure
A son vueil, sans faire demeure.
S'alay tant amont et aval
824Que je m'embati en un val
Ou je vi une fontenelle
Qui estoit moult clere et moult bêle,
D'arbres et d'erbe environnée ;
828Et si estoit environ née
Une haiette d'esglentier.
Mais n'i vi voie ne sentier
Qui fust froïe ne batue,
832Fors l'erbette poingnant et drue.
Si pensay que petit repaire
Avoit la ; pour ce m'i vos traire.
Si me mis outre la haiette
836Sus la fonteinne clere et nette
Ou mon vis lavay et mes yeus ;
Et puis je m'assis ; car li lieus
Ou einsi m'estoie arrivez
840Me sambloit estre moult privez.
Lors pris a penser durement,
En moy blasmant, quant tellement
De ma dame estoie partis.
844Car se li cuers me fust partis
Pour s'amour et en sa présence,
Il me vausist mieus, sans doubtance.
Qu'avoir fait telle niceté,
848Com j'ay ci devant recité,
Ce m'estoit vis, puis que ce fust
Pour li, et elle le sceùst.
Nompourquant je ne le peiïsse
852Amender, se sires deiïsse
Estre de quanque Dieus a fait.
Si n'est pas si grant le meffait,
Car outre pooir ne puet nus ;
856Ne cils meffais n'est pas venus
De moy, car je ne le fis pas,
Eins le fist Amours qui compas,
Règle, ordre, raison, ne mesure
860Es cuers amoureus ne mesure,
Je m'en vois bien apercevant
Mieus que n'avoie fait devant.
Car gueres n'a que je disoie
864Qu'adès estoit amans en joie ;
Or sen et voy tout le contraire
En moy, ne je n'en puis plus faire.
Mais pas n'avoie bien apris
868Tous ses tours, quant l'amer empris ;
Si faurra que je les aprengne
Et que le frein a mes dens prengne,
Se je vueil vivre en son servage.
872Je n'y voy plus seür passage,
Car je sens et voy clerement
Par mon fait, et non autrement,
Que cuer d'amant qui aimme fort
876Or a joie, or a desconfort,
Or rit, or pleure, or chante, or plaint,
Or se délite en son complaint,
Or tramble, or tressue, or a chaut,
880Or a froit, et puis ne li chaut
D'assaut qu'Amours li puisse faire ;
Or li plaist ; or ne li puet plaire ;
Car selonc ce qu'Amours le vuet
884Déduire, il s'esjoïst ou duet,
Et selonc Testât de Fortune
Qui les amans souvent fortune,
L'un bien, l'un mal, l'autre a sa guise,
888Selonc ce qu'elle se desguise.
Car sans faute, ce qu'elle.fait
Moult soudeinnement le deffait,
Car en li n'a estableté,
892Amour, pité, ne fermeté,
Einsois est toudis sa coustume
Que ceaus qu'elle fait tonde et plume
Et sousmette en subjection
896Tele corne a destruction.
Et en ce penser ou j'estoie
Je m'avisay que je feroie
De Fortune et de mes dolours,
900De mes pensers et de mes plours,
Un dit q'on appelle complainte,
Ou il averoit rime mainte,
Qui seroit de triste matiere.
904Si commensai en tel maniere :

BNF fr. 1586 30rC C) BNF fr. 1586 30r.

Complainte.

Tels rit au main qui au soir pleure,
Et tels cuide qu'Amours labeure
Pour son bien, qu'elle li court seure
  908Et mal l'atourne ;
Et tels cuide que joie aqueure
Pour li aidier, qu'elle demeure.
Car Fortune tout ce deveure,
  912Quant elle tourne,

Qui n'atent mie qu'il adjourne
Pour tourner ; qu'elle ne séjourne,
Eins tourne, retourne et bestourne,
  916Tant qu'au desseure
Mest celui qui gist mas en Tourne ;
Le sormonté au bas retourne,
Et le plus joieus mat et mourne
  920Fait en po d'eure.

Car elle n'est ferme n'estable,
Juste, loyal, ne véritable ;
Quant on la cuide charitable,
  924Elle est avère,
Dure, diverse, espouentable,
Traître, poignant, decevable ;
Et quant on la cuide amiable,
  928Lors est amere.

Car jasoit ce qu'amie appere,
Douce com miel, vraie com mère,
La pointure d'une vipère
  932Qu'est incurable
En riens a li ne se compère,
Car elle traïroit son père
Et mettroit d'onneur en misère
  936Desraisonnable.

Se Fortune aimme, c'est de loing ;
Elle faut toudis au besoing,
N'elle n'a de personne soing,
  940Soit vil ou monde.
Et pour si fausse la tesmoing,
Qu'elle porteroit faus tesmoing
Pour le mieudre amy mettre en coing
  944Qu'elle ait en monde.

Plus escorche qu'elle ne tonde,
Et en mauvais malice habonde,
Par quoy sa norriçon confonde ;
  948Un pourri coing
Ne prise chose qu'elle fonde,
Qui vuet que ses ouvrages fonde,
En ce n'a pareil ne seconde.
  952Ce nom li doing :

« Lorde, borgne, fausse et enfrune. »
De mal faire onques n'est geüne.
Tout le mont ne prise une prune,
  956Eins le demeinne
A la samblance de la lune
Qui ore est pleinne, clere et brune,
Et fourme ne clarté nesune
  960N'a en quinseinne,

Fors tant que n'a mois ne semainne,
Jour prefix, ne heure certeinne,
Eins est sa venjance soudeinne ;
  964Chose est commune,
Car quant la personne est plus pleinne
D'onneur, de richesse mondeinne,
De son tour a niant la meinne.
  968Tele est Fortune.

Pren moy deus sëaus en un puis,
Qu'assez bien comparer li puis :
Li uns est pleins, li autres vuis ;
  972Et se l'un monte,
L'autre descent ; tout einsi truis
Que Fortune par ses conduis
Monte l'un, l'autre avale, et puis
  976Rien n'i aconte

A roy, a duc, a per, n'a conte :
L'un donne honneur, et l'autre honte ;
L'un desgrade ; l'autre seurmonte ;
  980C'est ses déduis ;
Tout orgueil amolie et donte.
Mais Boëces si nous raconte
Qu'on ne doit mie faire conte
  984De ses anuis.

Fortune scet plus de pratique
Que ne font maistre de fisique,
De divinité, de logique,
  988Et mendiant,
Pour trouver une voie oblique ;
Elle oint, elle point, elle pique,
Elle fait a chascun la nique,
  992En sousriant.

L'un fait petit, l'autre fait grant ;
L'un met arrier et l'autre avant ;
Or rit, or pleure, or ne scet quant
  996Elle aimme, si que
Si attrait sont trop décevant.
Riens ne tient qu'elle ait en couvent,
Et, pour conclure, en trébuchant
  1000Toudis s'aplique.

Nabugodonosor figure
Qu'il vit en songe une estature
Grande et haute, qui la figure
  1004Horrible avoit,
Et la teste d'or riche et pure,
Les bras, le pis d'argenteùre,
Ventre, cuisses de la faiture
  1008D'arein portoit,

James de fer sus qu'elle estoit,
Des piez Tune part fer estoit,
L'autre terre. Et encor vëoit
  1012Que d'aventure
Une pierre sans main venoit
Qui parmi les piez la feroit,
Si qu'en pourre la craventoit
  1016Et en ordure.

L'estature que ci propose
Estre ne me samble autre chose
Que Fortune qui ne repose
  1020Heure ne jour.
La teste a d'or, se dire l'ose,
Ou toute richesse est enclose,
Ce samble aus musars qu'elle alose,
  1024Qui en errour

Vivent tele qu'il n'est gringnour ;
Qu'elle n'a pooir ne vigour
De donner, fors peinne et labour.
  1028Retien et glose ;
Car ses joies ne sont que plour,
Et ses richesses glace en four.
Pour ce fait cils trop le millour
  1032Qui s'i oppose.

Car se tu yes en grant richesse,
Jamais n'avras vraie leèsse,
Fors peinne, misère et tristesse,
  1036Et en doubtance
Seras dou perdre, qui trop blesse,
Ou l'ardeur aras et Faspresse
D'avarice qui est maistresse
  1040De pestilence.

Et se tu gis enmendience,
Tu n'avras mie pacience,
Eins sera la main en balance
  1044D'estre larnesse.
Si ne pris riens telle puissance
Ou pais, seürté, souffissance
N'a, forsdoleur et meschëance,
  1048Pleur et destresse.

Les bras et le pis a d'argent,
Mais ce n'est que decevement,
Car ce qu'il luisent clerement,
  1052Les yeus esbloe
Et aveugle de mainte gent
Cui elle promet largement,
Et en son pis couvertement
  1056Traïson noe.

D'un des bras les met sus sa roe
Plus legierement qu'une aloe ;
De l'autre lesfiert en la joe
  1060Si fièrement
Qu'elle les trébuche en la boe,
Et puis elle leur fait la moe.
Einsi Fortune tous ceaus doe
  1064Qu'elle entreprent.

Ventre et cuisses porte d'arein ;
Mais c'est pour moustrer plus a plain
A tous ceaus qui li sont prochain
  1068Qu'elle se change
En pis. Ci vois tu le certain,
Que d'or est son chief premerain,
Après d'argent, nom pas d'estain.
  1072Di le voir : Men ge ?

Or est d'arein vil et estrange.
Certes, ce n'est mie bon change.
Fols est qui a tels dons s'arrange,
  1076Ne tent sa main.
Car par tel change elle se vange
De ceaus qu'elle flate et losange,
Et leur oste honneur et loange
  1080D'ui a demain.

Seur james de fer est assise,
En moustrant que par nulle guise
Tempeste, orage, vent de bise,
  1084Fait ne parole,
Ne crient cils ou elle s'est mise.
Mais c'est couverture et feintise,
Car les piez a de terre glise
  1088Gliant et mole.

Et quant sus pierre ne sus mole
N'est fondée, fors seur frivole,
Cils se honnist bien et affole
  1092Qui tant la prise
Qu'il retient riens de son escole ;
Qu'adès ses escoliers rigole
Et partout leur meschief flajole
  1096Et les desprise.

Je ne tien pas celui pour kaut
Qui vuet faire un ouvrage haut
Seur fondement qui riens ne vaut,
  1100Sans grant damage.
Car quant il est en plus grant saut
D'ouvrer, li fondemens deffaut,
Dont trebuchier et chëoir faut
  1104Tout le meinnage.

Einsi Fortune, la sauvage,
Quant elle a fait aucun ouvrage,
Et on est en plus haut estage,
  1108Fait en tressaut
Venir un vent et un orage
D'aversité qui tout esrage,
Fondement, comble et massonnage,
  1112D'un seul assaut.

Fortune a plus de mil engiens,
Pour penre et décevoir les siens ;
Mais la dolente, elle n'a riens
  1116Que donner puist.
Promettre assez puet de ses biens,
Mais tu yes trop fols, se tu tiens
Qu'il en y ait nul qui soit tiens.
  1120En séant fuit ;

Son droit lés est dous, l'autre cuit ;
Le droit porte fleur, fueille et fruit,
L'autre est désert, brehaingne et vuit
  1124Des biens terriens ;
Le droit moult clerement reluit,
L'autre samble a l'oscure nuit,
Et mi partie est par déduit
  1128D'or et de tiens.

Fortune est amour haineuse,
Bonneûrté maleüreuse ;
C'est largesse advaricieuse ;
  1132C'est orphenté ;
C'est santé triste etdolereuse ;
C'est richesse la soufferteuse ;
C'est noblesse povre, honteuse,
  1136Sans loiauté ;

C'est l'orguilleuse humilité ;
C'est l'envieuse charité ;
C'est périlleuse seürté ;
  1140Trop est douteuse ;
C'est puissance en mendicité ;
C'est repos en adversité ;
C'est famine en cuer saoulé ;
  1144C'est joie ireuse.

C'est souffrance la rigoreuse ;
C'est souffissance couvoiteuse ;
C'est pais dolente et rioteuse ;
  1148C'est vanité ;
C'est pacience dongereuse ;
C'est diligence paresseuse ;
C'est oubliance la soingneuse
  1152Contre amité ;

C'est l'arbre d'inhumanité,
Enraciné seur fausseté ;
L'estoc est qu'en sa vérité
  1156Soit mansongeuse ;
Les fleurs sont de desloyauté,
Et les feuilles d'iniquité,
Mais li fruis est de povreté
  1160Dure et crueuse.

La teste a pelée a moitié ;
D'un oueil rit, de l'autre larmie ;
L'une joe a couleur de vie,
  1164L'autre est com morte ;
S'une de ses mains t'est amie,
L'autre t 'iert mortel anémie ;
Un piet a droit, l'autre clopie,
  1168La droite torte.

Sa force est qu'en chëant est forte ;
En desconfort se reconforte ;
En riant meschëance aporte,
  1172Pleur et hachie ;
En confortant se desconforte ;
En foulant les siens entreporte ;
En tous maus faire se déporte,
  1176Quoy que nuls die.

Fortune est par dessus les drois ;
Ses estatus fait et ses lois
Seur empereurs, papes et rois,
  1180Que nuls débat
N'i porroit mettre de ces trois,
Tant fust fiers, orguilleus ou rois,
Car Fortune tous leurs desrois
  1184Freint et abat.

Bien est voirs qu'elle se débat
Pour eaus avancier, et combat,
Et leur preste honneur et estât
  1188Ne sai quens mois.
Mais partout ou elle s'embat,
De ses gieus telement s'esbat
Qu'en veinquant dit : « Eschac et mat! »
  1192De fiere vois.

Einsi m'a fait, ce m'est avis,
Fortune que ci vous devis.
Car je soloie estre assevis
  1196De toute joie.
Or m'a d'un seul tour si bas mis
Qu'en grief plour est mué mon ris,
Et que tous li biens est remis
  1200Qu'avoir soloie.

Car la bêle ou mes cuers s'ottroie,
Que tant aim que plus ne porroie,
Maintenant véoir n'oseroie
  1204En mi le vis.
Et se désir tant que la voie
Que mes dolens cuers s'en desvoie,
Pour ce ne say que faire doie,
  1208Tant sui despris.

Amours, Amours, ce m'as tu fait
Qui m'as fait faire le meffait
Qui toute ma joie deffait!
  1212Car bien puis dire
Que si estraingnis de ton trait
Mon cuer, qu'on n'en eust mot trait,
S'avoir deüsse sans retrait
  1216Toute l'empire.

Pourquoy me feïs tu eslire
Dame pour qui mes cuers soupire
Tant, qu'il ne congnoist joie d'ire,
  1220Et tout a fait
Me vues pour s'amour desconfîre ?
Quant mon dolent cuer fais defrire
Et fondre en amoureus martire,
  1224Est ce bien fait ?

Helas! que me demandes tu ?
Je t'aim de toute ma vertu.
Or me hez et m'as abatu
  1228De haut en bas
Et de tes verges si batu
En ta chartre ou m'as embatu
Que je me rens dessous l'escu
  1232Veincus et mas.

Si fais trop mal, se tu me bas,
Quant je me ren et que pris m'as,
Car prisonnier on ne doit pas,
  1236S'on l'a vaincu,
Batre ne ferir en nul cas,
Eins doit on voloir son respas.
Helas! or me bas en tes las,
  1240Pris et rendu!

Ce n'est pas ton honneur, ce croy,
Quant je te ser en tele foy
Qu'humblement a morir m'ottroy,
  1244Se c'est tes grez,
Pour ma dame que plus ne voy.
Car doubte ay, dont je me marvoy,
Que ses gentis cuers envers moy
  1248Ne soit irez.

Dont je sui trop mal atournez,
Tristes, pensis, desconfortez,
Quant tous mes biens as destournez,
  1252Ne say pourquoy.
S'en est mes vis descoulourez
Et mes cuers de plours saoulez,
De griés souspirs entrcmeslez,
  1256Et tout par toy.

Nompourquant pas ne m'en merveil,
Quant le regart de son dous oueil
Et son cler vis blanc et vermeil
  1260Qui resplendist
De biauté plus qu'or en soleil
Et son corps gent qui n'a pareil
De douceur, de cointe appareil
  1264Vers moy guenchist,

Se mes regars s'en esbloïst,
Se la parole m'en tarist,
Se ma vigour en amenrist.
  1268Car par ton vueil
Nature en moy s'en esbahist
Et mes sens s'en esvanuïst,
Dont li cuers me tramble et fremist.
  1272De ce me dueil.

Einsi sa parfaite biauté,
Fresche et douce com fleur d'esté,
Et la mervilleuse clarté
  1276De son viaire
Dont je me vi enluminé,
Le ray de son oueil que plus n'é,
Mes cinc sens orent tost maté ;
  1280Plus n'en pos faire.

Helas! s'en ay tant de contraire
Que je ne say quele part traire,
N'en moy joie plus ne repaire,
  1284Ne gaieté.
Car pour ce que j'aim sans meffaire,
Tu me vues de tous poins deffaire,
Se la très douce débonnaire
  1288N'en a pité.

En toy en est, bien t'en couveingne,
Car je sui tiens, comment qu'il prengne.
Mais jeté pri qu'il te souveingne
  1292Comment je port
En mon cuer l'amoureuse enseigne
Dou mal d'amours qui me mehaigne,
Et qu'il n'est lieu dont il me veingne
  1296Aucun confort.

Et se ma dame est en acort
De moy grever, je te pri fort
Que tu li moustres qu'elle a tort
  1300Et qu'elle teingne
Tant de moy que, s'elle s'amort
A moy grever, elle m'a mort,
Et qu'elle est ma vie et ma mort,
  1304Que qu'il aveingne.

Je n'i say autre conseil mestre,
Se je ne vueil l'amer demestre.
Mais c'est chose qui ne puet estre,
  1308Car sans mentir,
Se tous ceaus que Dieus a fait nestre
Estoient tout aussi grant mestre
Com Seneques d'art et de lettre,
  1312Li déguerpir

Ne me feroient pour morir,
Car seur toutes l'aim et désir.
C'est celle ou sont tuit mi plaisir ;
  1316C'est ma main destre ;
C'est celle qui me puet garir
Et faire en joie revenir,
Se de son regart mon désir
  1320Deingnoit repestre.

Las! dolens! or ne m'ose attendre
Qu'envers moy fust jamais si tendre
Qu'elle seur moy deingnast descendre
  1324Son dous regart ;
Car tu me feïs tant mesprendre,
De moy partir sans congié prendre
Et sans nulle autre raison rendre,
  1328Que tempre et tart

Me fait ce dolereus départ
Pleindre, plourer, et par son art
Fait de cent mil a meins dou quart
  1332Mon espoir mendre ;
Dont je morray, se Dieus me gart,
S'elle par toy ne me départ
De ses douceurs aucune part
  1336Pour moy deffendre.

Carmes dolens cuers tant s'esmaie,
Pour ce que m'esperence vraie
N'est pas, qu'il n'est joie que j'aie.
  1340Ce me tourmente ;
Ce me fait meinte mortel plaie ;
Ce me confont ; ce me deplaie ;
Si qu'il n'est maus que je ne traie
  1344Qu'autre amis sente.

Car m'amour donnay en jouvente,
Cuer, corps, ame, vie et entente,
A ma très douce dame gente,
  1348Plaisant et gaie.
Las! or langui en grief attente
Et vif en pensée dolente :
C'est le guerredon, c'est la rente
  1352Qu'Amours me paie.

Amours, ce n'est mie raison
De moy donner tristece en don
En lieu de joieus guerredon,
  1356Eins est péchiez,
Quant je suis sans condition
Tous mis en ta subjection.
Or me mes a destruction
  1360Et entrepiez

Qui deüsses estre mes chiés,
Et par toy m'est li dez changiez,
Et par toy de joie essilliez
  1364Sans occoison
Sui et de ma dame eslongiez.
Mais s'auques einsi dure m'iez
Confort n'espoir de mes meschiés,
  1368Ne garison.

Et quant Esperence ne joint
A mon cuer, einsois s'en desjoint,
Se Fol Espoir a li se joint,
  1372N'est pas merveille,
Puis que tu fais si mal a point
Que tu m'as maté et empoint
Par ton meffait en l'angle point,
  1376Vueille ou ne vueille.

La n'est il biens que je recueille ;
La mon vis de larmes se mueille ;
La n'est il riens qui me conseille,
  1380Ne qui me doint
Confort dou mal qui me traveille ;
La sens je doleur nom pareille ;
La Pitez dort ; la Désirs veille
  1384Qui trop me point.

La suis je pis qu'en continue ;
La sens je doleur qui m'argue ;
La tramble mes cuers et tressue ;
  1388La m'asseur
Que m'esperence est esperdue,
Se la grief doleur continue
Qui tant s'est en mon cuer tenue
  1392Que bon eùr

N'arai jamais ; et se j'en jur,
Dieus scet que je ne m'en parjur.
Pour ce toute joie forjur,
  1396Qu'estre perdue
Doit en moy, quant j'aim de cuer pur ;
Et tous adès me sont plus dur
Li mal que pour ma dame endur :
  1400Ce me partue.

Las! dolens! c'est ce qui efface
En moy d'esperence la grâce ;
C'est ce qui a la mort me chace
  1404Et fait penser
Qu'ensement comme uns chiens de chace
Après sa beste fuit et chace
Et la sieut partout a la trace
  1408Pour li tuer,

Einsi Désirs de saouler
Mes fols yeus d'assez remirer
De la bêle et bonne sans per
  1412La douce face
Me berse et chasse sans cesser
Et me cuide a la mort mener.
Mais humblement vueil endurer
  1416Quoy qu'il me face.

Mais il n'a pas si grant pooir
De moy faire doleur avoir,
Com j'ay bon cuer dou recevoir.
  1420Or y parra :
Se pour ce que j'ay povre espoir
De ma douce dame vëoir
Et qu'Amours m'a en nonchaloir,
  1424Qu'il me fera ?

M'ocira il ? Il ne porra,
Car ma loiauté m'aidera.
Qu'ai je dit ? Einsois me sera
  1428Contraire, espoir.
Car puisqu'Amours me grèvera
Et Fortune qui honni m'a,
Ma grant loiauté m'ocira,
  1432Si com j'espoir.

Car mes cuers ne se porroit feindre
D'amer ma dame ne refreindre ;
Einsois est toudis l'amour greindre
  1436Qui en moy maint,
Ne riens ne la porroit esteindre ;
Car quant elle me fait plus teindre,
Dementer, gémir et compleindre,
  1440Tant plus m'enseint.

J'ay oï recorder a meint
Que quant uns malades se pleint,
Que sa doleur fait de son pleint
  1444Un po remeindre.
Las! et c'est ce qui mon cuer teint ;
C'est ce qui plus griefment l'ateint ;
C'est ce qui tout mon bien esteint,
  1448Sans joie ateindre,

Pour ce que riens de ma pensée
Ne scet ma dame désirée,
Seur toute créature amée
  1452Dou cuer de mi,
Ne la très dure destinée
Qui m'est pour li amer donnée,
Et comment samour embrasée
  1456Est tout en mi

Mon cuer qui est siens sans demi,
Ne comment je pleure et gémi
Souvent pour s'amour et frémi,
  1460Qui enflamée
Est en moy, dont je di : « Aymi!
Occirez vous dont vostre ami
Entre les mains son annemi,
  1464Dame honnourée ? »

C'est de Désir qui mon cuer flame
Et point de si diverse flame,
Qu'en monde n'a homme ne famé
  1468Qui médecine
Y sceüst, se ce n'est ma dame,
Qui l'art, qui l'esprent, qui l'enflame
Et bruïst d'amoureuse flame,
  1472N'elle ne fine.

Fortune est sa dure voisine,
Et Amours l'assaut et le mine,
Dont morir cuit en brief termine
  1476Sans autre blasme.
Mais s'einsi ma vie define,
A ma dame qu'aim d'amour fine,
Les mains jointes, la chiere encline,
  1480Vueil rendre l'ame.

Et quant a par moy debatus
Me fui assez et combatus,
Et fait ma pleinte et ma clamour
1484De Fortune amere et d'Amour,
Des grans doleurs et des meschiés
Dont j'estoie et sui entichiés,
Qui m'orent volu travillier
1488De geûner et de veillier,
De soupirs en larmes noiez,
Aussi fui com tous desvoiez
De scens, de mémoire et de force
1492Et de toute autre vigour. Pour ce
Estoie je cheiïs en transe
Aussi com cils qui voit et pense
Sa mort devant li toute preste.
1496Si tournay un petit ma teste
En gettant un plaint dolereus,
Comme homs veins, mas et langoreus,
Et entrouvri l'un de mes yeus
1500Un petit, — car je ne pos mieus, —
Pour ce que voloie vëoir
Entour moy. Mais je vi sëoir
Dalés moy la plus bêle dame
1504Qu'onques mais veïsse, par m'ame,
Fors ma dame tant seulement.
Car tant estoit parfaitement
Bêle, gente et bien acesmée,
1508Que se Dieus de ses mains fourmée
L'eüst ; s'estoit elle d'affaire
Bel, bon, gent, dous et débonnaire.
Mais il ne me fu mie avis,
1512Quant je l'esgardai vis a vis,
Que ce fust créature humeinne
De li, ne qu'elle fust mondeinne,
Dont j'avoie moult grant merveille.
1516Car sa face blanche et vermeille,
Par juste compas faite a point,
Si que meffaçon n'i a point,
Si clerement resplendissoit
1520Que sa clarté esclarissoit
Les ténèbres, la nuit obscure
De ma dolereuse aventure,
Et de son ray persoit la nue
1524Qui longuement s'estoit tenue
Tourble, noire, anuble et ombrage
Seur mon cuer et seur mon visage,
Si que, comment qu'a meschief fusse
1528Tel que de mort pâour eüsse,
Moult volentiers la resgardoie,
Pour ce qu'en vëoir me sentoie
Un petitet reconfortez
1532De mes dures maleùrtez.
Car tout aussi com d'une drame
Le bon maistre garist et drame
L'ueil empeschié de catharacte,
1536Dou quel il couvient qu'il abate
Par soutil engien une toie
Qui la clarté tient et desvoie,
Et li rent sa clarté première,
1540Tout einsi me rendoit lumière
De cuer, de mémoire et de l'ueil,
Et me metoit d'umbre en soleil
Sa clarté et sa resplendeur.
1544Et aussi venoit une odeur
De sa douceur tant précieuse
Et de saveur si gracieuse
Qu'onques ne fu plus douce chose
1548En ciel, en mer, n'en terre enclose,
N'onques odeur ne fu si fine,
Ne douceur, tant fust entérine,
Qui n'eùst encontre li blasme,
1552Tel com le fiel contre le basme ;
Si que li pourpris ou j'estoie
En estoit pleins, et bien sentoie
Qu'odeur de li tant douce issoit
1556Que ma dolour adoucissoit,
Comment que nature esbahie
Fust en moy, plus que je ne die.

Lors, comme homs qui souvent souspir,
1560Gettay un plaint et un souspir
De parfont cuer, acompaingniés
De plours et en larmes baingniés,
Et tournai vers li a grant peinne
1564Ma chiere teinte, pale et pleinne
De manière desconfortée,
Triste, dolente et esplourée.
Mais nulle riens ne li disoie,
1568Pour ce que parler ne pooie,
Eins la regardoie a estât.
Et quant elle vit mon estât,
Si en sousrist moult doucement.
1572Lors se treï courtoisement
Vers moy pour savoir de mon estre,
Et si me prist par la main destre
De la sienne, blanche et polie,
1576Pour mieus savoir ma maladie ;
Si senti mon pous et ma veinne
Qui estoit foible, mate et veinne.
Mais sa main n'ostoit a nul fuer
1580De la veinne qui vient dou cuer,
Car bien savoit, la bonne et sage,
Que dou cuer me venoit la rage
Qui si griefment me demenoit,
1584Et que d'ailleurs ne me venoit.

Et quant elle ot a son plaisir
Veù mon estre, et a loisir,
Et qu'elle sot sans couverture
1588De mon mal toute l'encloùre,
Et qu'en tele doleur estoie
Des maus d'amours que je sentoie,
Com celle qui la théorique
1592Toute savoit et la pratique
Qu'il failloit a ma médecine,
Et qui bien congnoissoit l'orine
Des yeus dou cuer, qui fondanment
1596Estoit faite amoureusement,
Et qui plus savoit de confort
Que Fortune de desconfort,
Et qui conforter me voloit
1600Des maus dont mes cuers se doloit,
Car il n'est viande si sade
Com bon confort a un malade,
Com fisicienne soutive,
1604Sage, aperte et confortative,
D'une bêle vois, clere et seinne,
Plus douce que nulle douceinne,
Me dist, quant elle m'ot sentu :
1608« Dous amis, comment te sens tu ?
Et d'où te vient ceste dolour
Qui einsi desteint ta coulour ?
Certes, je croy qu'elle te teingne
1612Au cuer et que d'amer te veingne.
Si ne te dois pas desconfire
Einsi, ne toy mettre a martyre,
Car c'est grant honte et grans deffaus,
1616Puis que tu n'ies mauvais ne faus
Envers ta dame que tu aimmes,
Quant pour li amer las te claimmes.
Je t'ay pluseurs fois oÿ dire
1620Que tu ne vosisses eslire
Autre bien n'autre souffissance,
Fors que de sa douce sanlance
Souvenirs et douce Pensée
1624Fussent en toy sans dessevrée,
Et que cil dui te garissoient
De tous les maus qui te venoient.
A qui tient il que ne les aies ?
1628Il tient a toy qui trop t'esmaies ;
Car ta dame, de jour en jour,
Croist en biauté, sans nul séjour,
En douceur et en tout le bien
1632Qu'on puet penser, ce sai je bien.
Et quant elle croist et abunde
Plus que dame qui soit ou munde
En tout ce qu'on puet bon nommer,
1636Tu ne te dois pas las clamer,
Se tu l'aimmes bien, n'esmaier
Qu'elle ne te doie paier
Plus mille fois que ne dessers
1640En ce que tu l'aimmes et sers.
Et aussi c'est chose petite
A li de rendre a toy mérite.
Car tout le menre guerredon
1644De qu'elle te puist faire don,
Dont elle a sans fin et sans nombre,
Vaut cinc cens fois, s'a droit le nombre,
Plus que desservir ne porroies,
1648Se tu l'amoies et servoies,
Nom pas tous les jours de ta vie,
Mais autant com la monarchie
De ce monde porra durer ;
1652Et loiaument te puis jurer
Que tous les jours en mil manières,
Riches, précieuses et chieres,
Elle te guerredonneroiî,
1656Que ja plus povre n'en seroit ;
Que biens en li tant s'abandonne
Que plus a, quant elle plus donne,
Mais que bonne Amour s'i consente.
1660Et quant Amours t'a mis en sente
De sa bonne grâce espérer,
Tu ne te dois pas desperer
Pour un petit de mesprison,
1664Car mauvaistié ne traïson
N'i ot, quant a la vérité,
Fors paour, honte et nisseté
Avec Amours qui s'i mesla,
1668Quant servis fus de ce mes la
Qui te mist en cuer l'apostume
Dont ta douceur en amer tume.

Encor dois tu penser aussi,
1672Pour toy mettre hors de soussi,
Non mie penser, mais savoir,
Se tu vues joie et pais ravoir,
Que puis qu'elle a parfaitement
1676Tous les biens qu'on puet bonnement
Ymaginer, dire, ou penser,
Qui croissent en li sans cesser,
Et qu'elle est des vertus parée,
1680Et de tous vices séparée,
Qu'il couvient de neccessité
Qu'en li soit Franchise et Pité,
Humblesse et Charité, s'amie ;
1684Et pour ce tu ne te dois mie
Einsi mettre a desconfiture,
Car Pitez est dessus droiture,
Qui jamais ne porroit souffrir
1688Toy vëoir a la mort offrir
Pour amer, c'est chose certeinne,
Ne Franchise qui moult procheinne
Est de Charité et d'Umblesse.
1692Et se tu dis qu'Amours te blesse,
Tu vues ressambler a celui
Qui ne se loe de nelui,
Eins se tourmente et se courresse,
1696Quant sa besongne bien adresse.
Et certes, tu li fais injure
De dire a li qu'elle t'est dure,
Et c'est péchiez d'ingratitude
1700Et manière mauvaise et rude.
N'as tu mie dit en ton lay —
Si as, se bien retenu l'ay —
Qu'Amours, que tu en supplioies,
1704A ta dame que tu amoies
Porroit bien dire ton martyre,
Car tu ne li savoies dire ?
Et elle, com franche et honneste,
1708A oÿ et fait ta requeste,
Car elle a dit et descouvert
L'amour que tu as tant couvert
A ta dame si sagement
1712Et de si très bon sentement,
Qu'onques ne fu, ne jamais n'iere
Personne qui en tel manière,
Si bien, si bel, ne si a point,
1716Li peüst dire que dou point
De fine amour sens la pointure
Pour sa biauté plaisant et pure,
Ja soit ce qu'elle li deïst,
1720Sans ce que parole en feïst.
Mais bêle chose oy tesmongnier
Po parler et bien besongnier.
Si ne say que tu li demandes ;
1724Qu'elle a acompli tes demandes
Et fait plus que tu ne voloies
De ce que tu li requeroies.
Mais chien qu'on nage, en lieu de paie,
1728Quant il est passez, il abaie.
Biaus dous amis, einsi fais tu,
Et tout ce ne vaut un festu,
Car il n'est chose si perdue
1732Com bonté qui n'est congneüe.

Cuides tu que dame honnourée,
Sage, loial et avisée,
Prise celui qui s'amour rueve
1736Par mos polis, pleins de contrueve,
Et qui, en priant, son langage
Farde pour micus faire le sage,
Ou qui la requiert baudement
1740De s'amour, et hardiement ?
Certes, nennil ! Ce ne puet estre,
Eins laisse tels gens a senestre
Com celle qui riens n'i aconte.
1744Mais il n'ont vergongne, ne honte,
Ne courrous, s'il sont refusé ;
Car si mauvais et si rusé
Sont qu'il ne doubtent ce qu'on dit
1748A eaus, quant on les escondit,
Einsois ailleurs merci rouver
Vont pour les dames esprouver.
Mais quant une dame de pris
1752Voit l'amant qui est entrepris,
Qui n'use pas de faus samblant,
Eins a membres et cuer tramblant,
De pâour desteint et nerci,
1756Quant il li vuet rouver merci,
Et qu'elle le voit si estreint
Qu'Amours de li par force espreint
La liqueur qui des yeus dégoûte
1760Parmi sa face goûte a goûte,
Et qu'il li couvient recoper
Ses paroles et sincoper
Par souspirs puisiez en parfont
1764Qui mut et taisant le parfont,
Et qu'il l'estuet par force taire
Et de honte ensus de li traire,
Et qu'elle voit qu'en petit d'eure
1768Qu'Amours son visage couleure
De trois ou de quatre couleurs
Pour les amoureuses doleurs
Qu'il reçoit, dont ses esperis
1772Par force d'Amours est péris,
Saches que tantost a sa guise
Congnoist qu'il aimme sans feintise
De vrai cuer d'ami ; c'est la somme.
1776N'en monde n'a si soutil homme,
Tant soit apers, qui sans meffaire
Sceiïst un amant contrefaire,
Qu'il n'i eust trop a reprendre ;
1780Ne riens ne me feroit entendre
Que il peüst soudeinnement
Sa couleur muer proprement
En quatre manières diverses,
1784Blanches, rouges, noires, ou perses.
Mais Amours le fait a son vueil.
Et pour ce chastoier te vueil,
En toi moustrant que tu fais mal
1788Qui te pleins de l'amoureus mal,
Ne de chose qu'Amours te face ;
Car elle t'a fait plus de grâce
Que ne porroies desservir
1792En li cinc cens mille ans servir.
Et si te vueil dire comment :
Amours t'a fait loial amant
A la milleur et la plus bêle
1796Qui vive ; mais encor t'a elle
Fait une moult grant courtoisie
Laquele tu ne congnois mie,
Qu'elle li a par sa puissance
1800Donné certeinne congnoissance
Par manière sage et soutive
De l'amour qui en toy s'avive,
En approuvant par son décret
1804Que cuer as loial et secret,
Par la manière dessus ditte
Qui est celle qui plus profite
Et qui doit estre receùe
1808Plus en gré et plus chier tenue ;
Car en ce cas, quoy que nuls die,
Homs ne diroit sa maladie
Jamais si proprement de bouche,
1812Com fait cilz a qui elle touche
Au cuer, si que dire ne puet
Qu'il a, ne de quoy il se duet ;
Et einsi t'est il avenu.
1816Or dis qu'il t'est mesavenu,
Quant ta besongne bien te vient
Et qu'Amours t'amie devient,
Qui se deust mieus de toy pleindre
1820Que tu ne t'en doies compleindre.

Après tu ne fais chose nulle
Dont joie en ton cuer tant s'anulle,
Ne dont tu aies tant d'irour,
1824Comme de vivre en telle errour
Que tu tiens ta dame pour foie ;
Et ce te destruit et affole ;
Car tu penses et ymagines,
1828Ce m'est vis, songes ou devines,
Qu'elle pas n'entende ou congnoisse
L'amour qui en ton cuer s'engroisse,
Et crois qu'elle ne voie goûte.
1832Mais si fait ; de ce ne te doubte.
Car elle est sage et parcevant
De congnoistre un cuer décevant
Au maintieng et a la parole ;
1836Ne ja si soutil parabole
Ne dira qu'elle ne l'entende ;
Et s'elle en voit un qui se rende
En amours de vray sentement
1840Pour vivre et morir loiaument,
Si com tu le fais et as fait,
De cuer, de penser, et de fait,
Legierement le congnoistra,
1844Comment que fort a congnoistre a
Cils qui vuet avoir sans doubtance
La juste et vraie congnoissance
Pour congnoistre le cuer loiai
1848Dou mauvais et dou desloial,
Car c'est chose moult reponnue.
Mais ta dame, qui est tenue
Pour la millour et la plus sage
1852Des dames, scet tout ton corage,
Qu'Amours li aprent et enseingne
Par la vraie et loyal enseingne
Que nuls faus amoureus ne porte ;
1856Qu'en cuer desloial elle est morte,
Et en cuer loial liement
Règne et resplendist clerement.
La congnois tu ? Certes, nennil ;
1860Car tu n'ies mie si soutil.
Pour ce me vueil mettre a l'essay
Dou dire, si com je le say.

C'est un escut dont la matière
1864Est de souffrir a humble chiere,
Et le champ est de fin asur.
Mais il est si monde et si pur
Qu'il n'i a d'autre couleur tache
1868Qui le descouleure ne tache.
Un cuer de gueules a enmi,
Féru d'une flesche par mi
De sable ; mais onques ne fu
1872Tel fer qu'elle a, qu'il est de fu,
A cinc labiaus de fin argent ;
Et trop y affiert bel et gent
Ce qu'il est tous semés de larmes.
1876Ce sont les droites pleinnes armes
Dou fin amant sans différence ;
Mais enarmez est d'esperence.
Se tu ne scez que c'est a dire,
1880Monstrer le te vueil et descrire :

On recorde, et s'est avenu
Souvent, que pluseurs sont venu
A leur entente seulement
1884Par souffrir bien et humblement ;
Qu'humblement souffrir a la rie
Maint dur cuer veint et amolie,
Et li proverbes qui recorde :
1888« Qui suerîre, il veint », bien s'i acorde.
Après des couleurs de l'escu,
Pour ce que n'as pas tant vescu
Que tu en saches l'ordenance,
1892Te diray la signeriance :
Saches de vray qu'en tout endroit
Ou on descript armes a droit
La couleur de pers est clamée
1896Asur, s'elle est a droit nommée,
Le rouge gueules, le noir sable,
Et le blanc argent ; mais sans fable
Je te di qu'on appelle encor
1900Le vert sinople et le jaune or.
Or te vueil ces couleurs aprendre,
Comme en Amours les dois entendre :
Saches que le pers signefie
1904Loiauté qui het tricherie,
Et le rouge amoureuse ardure
Naissant d'amour loial et pure ;
Le noir te moustre en sa couleur
1908Signefiance de douleur,
Blanc joie, vert nouveleté,
Et le jaune, c'est fausseté.
Mais retien les quatre premiers
1912Et laisse les deus darreniers ;
Car s'en l'escu fussent posées,
Les armes en fussent faussées.
Mais le fer ardant de la flesche
1916Qui le cuer toudis art et sèche,
Saches certeinnement qu'il art
Et bruïst par si soutil art
Qu'il n'i pert tache ne arsure.
1920Trace, plaie, ne blesseüre,
Et einsi se keuve et engendre
Corn li charbons dessous la cendre.
Mais comment que cils feus sensibles
1924Soit au cuer, il est invisibles,
Et aussi est cils qui l'alume .
C'est Désirs qui lape et qui hume
Le sanc dou cuer et la substance
1928Qui en tel feu fait sa penance.
Nompourquant c'est chose certeinne
Qu'en ce feu n'a doleur ne peinne
Uns cuers qu'est de bonne nature,
1932Eins y prent douce norriture
Et s'i délite en tel manière
Com li poissons en la rivière.

Or t'ay devisé et apris,
1936Se retenu l'as et compris,
Comment ta dame puet savoir
Que tu l'aimmes sans décevoir,
Car les armes portes entières
1940En cuer, en vis et en manières,
Fors tant que les enarmes toutes
Sont sans cause en l'escut déroutes,
Pour ce qu'Esperence te faut,
1944Ce te samble, par ton deffaut.
Mais se tu me vues avouer,
Je suis ci pour les renouer ;
Si les ferai milleurs que nueves,
1948Ne qu'autres que saches ne trueves,
Mais que tu teingnes le propos
Que de toy ci dessus propos :
C'est qu'en toy n'aies si grant vice
1952Que ta dame cuides si nice
Qu'elle n'ait bien aperceû
Qu'Amours t'a pris et receü
En sa douce religion
1956Pour parfaire profession,
Sans penser avoir, ne remort,
Que n'i soies jusqu'à la mort,
Et qu'il li plaist bien que siens soies.
1960Pour ce te pri que tu me croies,
Car je te jur seur ma créance,
S'estre vues en ma gouvernance,
Qu'a tous besoins te porteray,
1964Aiderai et conforteray,
Très loiaument et de bon vueil,
Ne jamais laissier ne te vueil,
Sain, malade, lié ne mari,
1968Ne que la femme son mari.
Or pren cuer et te reconforte,
Biaus dous amis, car je t'aporte
La santé dont tu as désir ;
1972Et vraiement, je la désir.
Mais pour toy un petit déduire
Et pour tes maus a joie duire,
Te vueil dire un chant nouvelet ;
1976Car chose plaist qui nouvele est.

L'Amant.

Lors d'une vois douce et série,
Clere, seinne, en tel mélodie
Commensa son chant dalés mi
1980C'un petitet m'i endormi,
Mais ne fu pas si fermement
Que n'entendisse proprement
Qu'einsi commensa par revel
1984Joliement son chant nouvel :

BNF fr. 1586 38vD D) BNF fr. 1586 38v.

Chanson roial.

Joie, plaisence et douce norriture,
Vie d'onnour prennent maint en amer ;
Et pluseurs sont qui ni ont fors pointure,
1988Ardour, dolour, plour, tristece et amer.
Se dient ; mais acorder
Ne me puis, qu'en la souffrence
D'amours ait nulle grevance,
1992Car tout ce qui vient de li
Plaist a cuer d'ami.

Car vraie Amour en cuer d'amant figure
Très dous Espoir et gracieus Penser :
1996Espoirs attrait Joie et bonne Aventure ;
Dous Pensers fait Plaisence en cuer entrer ;
Si ne doit plus demander
Cils qui a bonne Esperence,
2000Dous Penser, Joie et Plaisence,
Car qui plus requiert, je di
Qu'Amours l'a guerpi.

Dont cils qui vit de si douce pasture
2004Vie d'onneur puet bien et doit mener,
Car de tous biens a a comble mesure,
Plus qu'autres cuers ne saroit désirer,
Ne d'autre merci rouver
2008N'a désir, cuer, ne bëance,
Pour ce qu'il a souffissance ;
Et je ne say nommer ci
Nulle autre merci.

2012Mais ceaus qui sont en tristesse, en ardure,
En plours, en plains, en dolour sans cesser,
Et qui dient qu'Amours leur est si dure
Qu'il ne puelent sans morir plus durer,
2016Je ne puis ymaginer
Qu'il aimment sans decevance
Et qu'en eaus trop ne s'avance
Désirs ; pour ce sont einsi,
2020Qu'il l'ont desservi.

Qu'Amours, qui est de si noble nature
Qu'elle scet bien qui aimme sans fausser,
Scet bien paier aus amans leur droiture :
2025C'est les loiaus de joie saouler
Et d'eaus faire savourer
Ses douceurs en habundance ;
Et les mauvais par sentence
2028Sont corn traître failli
De sa court bani.

L'Envoy.

Amours, je say sans doubtance
Qu'a cent doubles as meri
2032Ceaus qui t'ont servi.

L'Amant.

Et quant elle ot son chant fine,
Vers moy a son chief encline'
En riant doucement, com celle
2036Que je tieng pour vierge et pucelle ;
Si mist sa main dessus mon chief
Et me demanda derechief :

La Dame.

« Comment t'est ? Que me diras tu
2040Ay je ton chief bien debatu ?
Que te samble de ma chanson ?
Y a il noise ne tenson
Qui te plaise ou qui te desplaise
2044Ou dont tu soies plus uaise ?
Que c'est ? Ne me diras tu rien,
Se je say chanter mal ou bien ?
Se ce n'estoit pour moy vanter,
2048Je diroie de mon chanter
Que c'est bien dit. Quant tu ne vues
Respondre, ne say se tu pues.
Mais je pense que tu te feingnes
2052De parler et que tu ne deingnes.
Je te pri, biaus très dous amis,
Que tu ne soies si remis
Que tu te laisses einsi perdre ;
2050Car tu te dois penre et aerdre
A ce que j'ay dit ci devant,
Nom pas le temps tenir devant
En oiseuse et en trufferie.
2060Laisse toute merencolie
Et tout ce qui t'i puet mouvoir
Fors l'amer ; qu'on ne puet avoir
De bon temps fors ce qu'on en prent.
2064Et s'est trop fols qui entreprent
Pour une foie oppinion
Sa mort et sa destruction,
Puis qu'il le puet bien amender.
2068Et pour ce te vueil commander,
Deprier, enjoindre et requerre,
Que pais faces de ceste guerre
Qu' empris as contre toy meèsmes,
2072Car c'est foie emprise et fols esmes.
Et je te promet et te jur
Que je te feray asseur
De ce dont yes en si grant doubte.
2076Or te conforte et ne te doubte,
Car se tu vues, tu yes garis,
Et se ce non, tu yes honnis.
Pren le grain et laisse la paille ;
2080De tristece plus ne te chaille,
Car cils qui bien voit et mal prent,
C'est a bon droit, s'il s'en repent.
Et je t'offre toute m'aie,
2084Com ta bonne et parfaite amie.
Si ne dois pas ci tant muser
Que tu la doies refuser ;
Qu'on dit : « Qui ne fait, quant il puet,
2088Il ne fait mie, quant il vuet ;
Et le fer chaut, on le doit batre. »
A toy ne m'en quier plus debatre ;
Mais je vueil bien que certeins soies
2092Que tes besongnes seront moies,
Car je t'aim et faire le doi . »

L'Amant.

Lors prist un anel en son doy,
Bel, bon, chier, precieus et riche,
2096Et doucement en mien le fiche.

Et je qui encor sommilloie,
Nom pas fort, car bien entendoie
Ce qu'elle avoit chanté et dit
2100En rime, en musique et en dit,
Senti la froideur de Tanel ;
Et lors d'esperit po inel
Me tournai au mieus que je pos
2104Vers li et laissai le repos
Ou sa belle vois clere et seinne,
Plus douce que nulle sereinne,
Qui les hommes scet enchanter
2108Par la douceur de son chanter,
M'avoit mis, si corn dit vous av.
Et en moy tournant arrousay
De larmes mon cuer et mes yeus
2112Et ma poitrine en pluseurs lieus,
En gettant un dolereus plaint
Com cils qui moult se duet et plaint.
Mais tout aussi com la clarté
2116De ceste dame l'obscurté
De mon cuer avoit esclarci
Qu'Amours avoit teint et nercy,
Et que sa douceur doucement
2120Avoit adouci mon tourment,
Tout einsi le très dous parler
De li, quant je l'oy parler,
Me remist en cuer la parole,
2124Dont ci présentement parole,
Car de tous poins perdu l'avoie.
Lors parlai, si corn je pooie,
Et li dis, sans faire demeure :
2128« Dame, ce fu a la bonne heure
Que fustes née et concetie
Et que vous estes ci venue,
Quant li bien dont estes garnie
2132M'ont rendu santé, joie et vie.
Car présente m'estoit la mors,
Dont vraiement j'estoie mors,
Ma dame, se vous ne fussiez
2136Et s'esgardé ne m'eussiez
Des yeus de vo cuer en pité.
Mais vous m'avez ressuscité.
Se vous depri dévotement
2140Et tant com je puis humblement,
Ma dame, qu'il vous vueille plaire
Que je sache de vostre affaire
Vostre nom et vostre venue,
2144Et comment estes ci venue,
Ne par ou ; qu'onques mais, par m'ame,
Se ce n'est l'amour de ma dame,
Nulle riens tant ne desirai. »

La Dame.

2148« Amis, et je le te diray
Volentiers, sans faire lonc plait ;
Car ce qui te plaist, il me plait.
Je sui li confors des amans
2152Qui font les amoureus commans ;
Je les aide ; je les conseil ;
Je sui de leur estroit conseil ;
Je les deffen ; je les déporte ;
2156Je les secour ; je les conforte
Contre Désir qui les assaut
Et fait maint dolereus assaut ;
Je leur sui chastiaus et fortresse ;
2160Je leur sui servante et maistresse ;
Je leur sui dame et chamberiere ;
Je porte partout leur baniere ;
Je les tieng jolis et en joie ;
2164Je les met d'onneur en la voie ;
Je leur doing cuer et hardement
D'entreprendre hardiement ;
A haute honneur les fais venir ;
2168Amoureus les fais devenir ;
Je les fais sagement parler,
Rire, jouer, chanter, baler ;
Je les tieng gais et envoisiez ;
2172Je rapaise les despaisiez ;
Je les norri ; je les alaite ;
Je leur sui mère, amie et gaite ;
Je leur sui phisicienne et garde ;
2176De tous maus les deffen et garde ;
Il m'aourent ; je les honneure ;
Il me prient, et je demeure ;
Je sui leur ressort, leur recours
2180Par coustume et par entrecours ;
A tous besoins me truevent preste
Par penser, sans autre requeste,
Car j'oubei a leurs pensées,
2184Se trop ne sont desordcnées.
Mais tant sont de foible marrien
Que sans moy il ne puelent rien.
Et quant il ont mestier de mi,
2188Je te di comme a mon ami
Qu'aler ne me faut ne courir
Loing ne près, pour euls secourir ;
Et se te dirai sans attendre
2192Comment, se tu y vues entendre. »

L'Amant.

« Oïl, dame ; et je vous en pri. »

La Dame.

« Oi dont ; je ferai ton depri.
Je te di, et le moustre a l'ueil,
2196Que tout aussi com le soleil
De ses rais le monde enlumine
Et de sa clarté pure et fine,
Et qu'encontre le temps d'esté
2200La terre, qui moult a esté
En yver brehaingne et déserte,
De noif et de glaee couverte,
Se resjoïst et se cointoie,
2204Germe, adoucist et renverdoie
Pour la grant chaleur qu'elle sent
Dou soleil qui seur li descent,
Si qu'adont Nature la bêle
2208Li vest une robe nouvele
De la couleur d'une panthère
Dont contre le printemps se père,
— A dire est qu'elle est dyaprée
2212De toutes coulours et parée,
Car racine n'est tant diverse
Qui a ce printemps ne s'aërse
A geter, selonc sa nature,
2216Fleur, fruit, feuilles, greinne ou verdure,
Se tele n'est que plus ne sime
Et qu'il n'i ait verdeur ne sime,
Et pour c'est la terre si cointe,
2220Si belle, si gente et si jointe,
Qu'elle a sa robe despouillie,
De l'iver crotée et mouillie ;
Et sans plus pour l'acointement
2224Dou printemps est si cointement, —
Einsi, di je, en samblant manière
Que tout aussi corn k lumière
Dou soleil donne par le monde,
2228Tant comme il tient a la réonde,
Clarté, chalour, joie, plaisence
De ses rais qui parleur puissance
Font que la terre qui s'esgaie
2232En rit et devient cointe et gaie,
Qu'ensement de mov le resplent
Qui ci présentement resplent
Donne clarté par tout le siècle,
2236Par tout s'espant et par tout siècle
Es amans vivans en amer
Tant deçà mercom delà mer,
Et leur donne clarté, chalour,
2240Joie et plaisence en leur amour.
Mais je qui sui leur droite mère
Leur doing une clarté si clere,
Si a point, si bien ordenée,
2244Que la racine qui entée
Est dedens leur cuer d'amours germe
Fleur, fueille, fruit et nouviau germe,
Et les fais plus cointes vint tans
2248Que la terre n'est au printemps.
Si qu'einsi com le soleil donne
Sa clarté loing et près, sans bonne,
Einsi fait mon resplent roial
2252Partout en cucr d'ami loial.
Et se Nature soutille ouevre
Dont la terre reveste et cuevre,
Pour ce que sa robe crotée
2256De l'iver tans li est ostée,
Et li donne robe a parer,
Trop bien me puis ci comparer
A li, car je fais un amant
2260Cointe et joli. Scez tu commant ?
Tu le saras sans contredit.
Recorde ce qu'ay devant dit.
Et s'elle fait d'une racine
2264Yssir fleur, et rose d'espine,
Tout einsi fais j'un cuer florir
En toute joie, et fais morir
En li doleur ; car je l'esserbe,
2268Si que de mal n'i demeure herbe.
Et de ma douceur que tu sens,
Qui moult est plus douce qu'ensens,
L'adouci, le conforte et l'oing,
2272S'il le dessert, soit près ou loing.
Et pour ce que je te savoie
Desconforté et nut de joie
Et qu'a conforter sui tenue
2276Les amans, suis je ci venue.
Mais c'est a ta propre personne,
Com ta ceneinne amie et bonne,
Par tel manière queveü
2280Ne m'avoies, n'aperceu,
Pour ce que je sui invisible,
Et quant je vueil, je sui visible.
Et de mon nom que vues savoir,
2284De legier pues apercevoir.
Qu'a toy ne vueil estre celée :
Esperence sui appellée. »

Quant je vi que c'iert Esperence,
2288Je pris confort et espoir en ce
Plus que devant n'avoie fait,
Si que mes esperis a fait
Tous ensamble mis a force ay,
2292Et lors de parler m'efforsay
Et li dis de plus vive chiere :
« Ma dame révèrent et chiere,
Digne deloange et d'onnour,
2296Excellent en toute valour
Que cuers porroit ymaginer,
Yeus vëoir, oreille escouter,
Main figurer, ne bouche dire,
2300Soutils entendemensdescrire,
Goust savourer, ne tast sentir,
Désirs, voloirs, cuers asentir,
De Dieu amie et de Nature
2304Et de toute autre créature,
Exemples vrais, miroirs de joie,
Estoile clere qui ravoie
Les cuers desvoiez a droit poil,
2308Contredoleur, santé, déport,
Retour de mort et médecine,
Fleur, estoc et droite racine,
Dont joie et toute douceur vient
2312Ou vo ramembrance seurvient,
Se tuit cil que Dieus a fait estre
Et cil qui sont encor a nestre
Estoient chascun plus soutil,
2316Nom pas une fois, mais cent mil,
En bien nombrer qu'Arismetique
Et Pytagoras et Musique,
Michalus et Milesius
2320Et que li soutils Orpheus,
Et se vosissent encombrer
Des biens et des douceurs nombrer,
Dame, dont vous avez sans nombre,
2324S'abaieroient il leur ombre ;
Car jamais n'i asseveroient,
Ne que la mer espuiseroient.
Et pour ce, dame de vaillance,
2328Qu'en moy n'a pas sens ou science
Pour vos biens et douceurs retraire,
Si com je le deùsse faire
Et com volentiers le feroie,
2332Mais en vain me travilleroie,
Ma dame, très humblement ren ge
A vous grâce, mercis, loange
Cent mille fois, et vous salu.
2336Car je suis au port de salu,
Ce m'est vis, quant je vous regarde.
Si met dou tout en vostre garde
Cuer, corps, ame ; car il n'est lieus
2340Ou mettre les peüsse mieus,
Pour mon temps user liement.
Et se vous promet loiaument
Qu'en vostre douce compaingnie
2344Vueil mon temps user et ma vie.
Quar je voy bien tout en appert
Que cils qui vous pert, il se pert.
Pour ce jamais partir n'en quier.
2348Mais je vous depri et requier,
Ma dame, qu'il ne vous desplaise,
Se de ce qui moult me mesaise
Vous fais encor une demande. »

Esperence.

2352« Nennil ; seùrement demande ! »

L'Amant.

« Volentiers, dame. Dit m'avez,
Si com bien faire le savez,
Comment je me doy maintenir,
2356Se je vueil a santé venir,
Comment Amours m'a secouru,
Comment vous avez acouru
Pour moy aidier et conforter,
2360Les armes qu'amans doit porter,
Et quel fust la signefiance
Des couleurs et de leur samblance,
Dont moult bon gré sceü vous é,
2364Comment vous m'avez espousé
De vostre anelet savoureus
Et chanté vos chans amoureus,
Comment li amant riens ne puelent
2368Qui départir de vous se vuelent,
Car vous estes tous leurs effors,
Leurs murs, leurs chastiaus, leurs confors,
Comment vo clarté loing et près
2372Esclarcist les amans, après
Comment vostre douceur, plus douce
Qu'autre douceur, leurs maus adouce,
Vostre venue et vostre non
2376Qui est de moult noble renon,
Et quele chose est de merci,
Dont cent mille fois vous merci.
Mais riens n'avez dit de Fortune
2380 Qui einsi le monde fortune,
Qui n'est, n'onques ne fu seure,
Mais quant les siens plus asseüre,
Ceaus sont qu'elle plus griefment bat
2384Et qu'en bas de plus haut abat.
Je m'en say bien a quoy tenir,
Car seulement dou souvenir
De ses assaus, de ses estours,
2388De ses faus ris, de ses faus tours
Ay tel paour que tuit mi membre
En frémissent, quant il m'en membre.
Pour ce, dame, jevousdemant
2392Qu'a moy vueilliez dire commant
Je me porrayde li deffendre,
Car si gieu sont pour un cuer fendre,
Mais qu'il soit de loial amant,
2396Et fust plus dur que dyamant,
Et s'aus autres est si diverse
Et de nature si perverse
Comme a moy, qu'elle eust occi,
2400Se Dieus ne vous eust tostci
Amenée, pour moy destordre
Dou mors dont elle me volt mordre. »

Esperence.

« Biaus dous amis, que te diroie
2404De Fortune ? Ne t'en saroie
Plus dire que tu en dit as
En ta complainte que ditas,
Fors tant que jadis fu usages
2408Que li ancien deus visages
Li faisoient sa enarrier,
L'un devant et l'autre darrier.
Ce te demoustre chose clere,
2412Que Fortune est douce et arrière :
Car adont douce te sera,
Quant elle te resgardera
Dou visage qu'elle a devant,
2416Et largement t'avra couvent,
Douceur, joie, bonneürté,
Affublez de maleurté.
Car einsi le dois tu entendre,
2420Ja soit ce que li mundes prendre
Ne le vueille mie ensement ;
Mais c'est le droit entendement,
Dont maint ont esté deceü
2424Qui trop ont son couvent creù,
Et tant s'en faisoient afin
Qu'il s'en perdoienta la fin.

Et se resgardés yes de l'autre,
2428Garde toy ; car lance seur fautre,
Se vient encontre toy combatre,
Pour toy de toute honneur abatre,
Sans menasse et sans deffier ;
2432Si que tu ne t'i dois fier,
Ne qu'en baston d'un champion.
Et, selonc mon oppinion,
Des biens qu'elle donne et envoie,
2436De l'un pren ne de l'autre joie.
Si qu'einsi vois par sa figure
La douce fortune et la sure.
Car tele fourme li donnoient
2440Li ancien qui la figuroient.
Et pour ce que je t'ai acquis,
Et que d'umble cuer m'as enquis
Quelle deffense il te faudra
2444Avoir, quant elle t'assaudra
De l'ueil de sa darreinne face
Qui fiert, einsois qu'elle menace,
Si qu'il n'est homs qui amender
2448Le puist, je te vueil demander,
A ton avis, le quel tu tiens
Estre milleur de ces deus biens,
Ou le bien que tu ne porroies
2452Perdre, ou celui que bien perdroies. »

L'Amant.

« Dame, la response est legiere. »

Esperence.

« Di la dont. »

L'Amant.

« Certes, dame chiere,
Le bien qu'on ne pert est milleur. »

Esperence.

2436« Dont est cils qu'on pert le pieur. »

L'Amant.

« Dame, c'est voirs ; je m'i acort. »

Esperence.

« Or sommes nous donc en acort ;
Si te vueil moustrer clerement
2460Que tu as fait bon jugement.
Cuides tu, se prospérité
Est en li, que félicité
Avec la boneürté vraie
2464Y soient ? De ce ne t'esmaie ;
Car c'est chose qui ne se puet
Joindre. Et vez ci ce qui me muet :
La bonneûrté souvereinne
2468Et la félicité certeinne
Sont souverein bien de Nature
Qui use de Raison la pure ;
Et tels biens, on ne les puet perdre.
2472Pour ce comparer ne aërdre
Ne s'i puelent cil de Fortune.
Car on voit — et chose est commune
Que qui plus en a, plus en pert.
2476Si que je te moustre en appert
Que Fortune n'a riens seür,
Félicité ne boneùr.
Et se deli garder te vues,
2480Je te dirai que faire pues,
Et pour estre boneùreus.
Dont n'as tu riens si precieus
Comme toy ? »

L'Amant.

« Ma dame, nennil! »

Esperence.

2484« Or tien dont son pooir si vil
Qu'aies de toy la signourie.
Garde que Raisons te maistrie
Et qu'aies en toy pacience
2488Et la vertu de souffissance,
Car bonneurtez vraiement
Vient de souffrir pacienment,
N'il n'est homme, a mon essient,
2492Que quant il est impacient,
Qui ne vosist avoir fait change
De son estât a un estrange ;
Et ce le fait maleûreus
2496Et vivre en estât perilleus.
Aussi ne dois tu la puissance
De Fortune, ne samuance
En ton cuer amer ne prisier,
2500Mais haïr, fuir, desprisier,
Ne tels biens ne désire en toy.
Et se tu retiens mon chastoy,
Tu aras le bien sans faillir
2504Qu'elle ne te porroit tollir.

Et comment que moult fort te plaingnes
En ta complainte et que tu teingnes
Que Fortune t'a esté dure,
2508Amere, diverse et obscure,
Et que maintes fois appeilée
L'as fausse, traître prouvée
Et ton anémie en tous cas,
2512Je vueil estre ses advocas
Et te vueil prouver par raison
Qu'onques ne te fïst traïson,
N'onques ne te fu annemie,
2516Einsois t'a esté bonne amie,
Selonc ce qu'elle scet amer
Et estre douce en son amer.
Et pour mieus prouver ton contraire,
2520Te vueil ceste demande faire :
Fait cils mal qui fait son devoir ? »

L'Amant.

« Nennil, ma dame. »

Esperence.

« Tu dis voir.
Mais encor avec ton tesmoing
2524Je di par raison et tesmoing
Que, se Fortune t'a osté
De la joie ou tu as esté,
Dont tu as receü maint mal,
2528Que traïson ne fait, ne mal ;
Car elle fait ce qu'elle doit,
Et ce te mousterrai j'au doit :
S'elle estoit toudis en un point
2532Et de raison usoit a point,
Si qu'envers tous fust juste et une,
Elle ne seroit pas Fortune.
Mais pour ce qu'elle ne séjourne,
2536Eins se change, mue et bestourne
En fait, en dit, en renommée,
Est elle Fortune nommée.
Comment que sa mobilité
2540En mouvant soit estableté,
C'est ses estas, c'est sa nature,
Ce sont ses meurs, c'est sa droiture.
Dont, puis qu'elle fait son deü,
2544Je di que tu as tort eu
De lilaidengier, ne blasmer,
Ne de ses ouevres diffamer ;
Car se tu yes cheiïs en peinne
2548Par sa mutation soudeinne,
Estrange, diverse et sauvage,
Qui fist chanseller ton corage,
Certes, amis, tu n'ies pas seuls ;
2552Car autant en fait elle a ceuls
Qui demeurent en paiennime,
Sans resgarder raison ne rime,
Ne pour toy seul ne fu pas faite,
2556Ne pour toy ne sera deffaite
Sa roe qui se fait congnoistre
Entre les mondeins et en cloistre.
Et quant tu bien la congnoissoies,
2560 Di moy pour quoy tu y montoies ?
Se tu en as le vis pâli,
C'est plus par toy que n'est parli.
Et quant tu empreis l'amer,
2564Tu te meïs enmi la mer
Entre les périlleuses ondes
Cornues et plates et rondes
Qui se transportent en po d'eure,
2568L'une au dessous, l'autre au desseure,
Dont la mer s'engroisse et se trouble,
Si que toute l'iaue en est trouble ;
Et si te meïs en servage
2272De Fortune qui tant est sage
Que nuls ne devient de sa court,
Qu'il ne couveingne brief et court
Qu'il face sa franchise serve,
2576Puis qu'il face tant qu'il la serve.

Se tu estens au vent ton voile,
Fait de main de maistre et de toile,
Tu scez bien que ta nef ira
2580 La ou li vens la conduira,
Pour ce, sans plus, que la franchise
De ta nef au vent sera mise.
Einsi est, puis que tant t'assers
2584A. Fortune que tu la sers
Et yes mis en sa servitute,
Il couvient par force que tu te
Mettes a nagier et a rime,
2588Selonc ce qu'elle nage et rime,
Et qu'a ses meurs tu te conformes
En tous cas et en toutes formes,
Puis que tu yes de ses maisnies.
2592Prouvé le t'ay, se tu le nies.
Mais or me respon sans muser,
Car encor la vueil excuser
De ce que devant as prouvé
2596Que tu l'as amere trouvé,
Et c'a demander m'a meü :
Di, douquel tu as plus eu
De li, ou de mal ou de bien ? »

L'Amant.

2600« Dame, de mal. Ce sai je bien. »

Esperence.

« Certes, tu ne sces que tu dis.
Il m'est vis que tu arrudis,
Que tes cuers le contraire en sent,
2604Nom pas en un cas, mais en cent. »

L'Amant.

« Fait, dame ? »

Esperence.

« Oïl, je le te prueve. »

L'Amant.

« Je vous en pri ; car je ne trueve
Riens en moy dont loër me doie,
2608Fors dou bien et de la grant joie
Qui me vient de vostre présence. »

Esperence.

« C'est par deffaut de congnoissance ;
Car se tu fusses bien apris,
2612En ton cuer eüsses compris
Qu'a l'issir dou ventre ta mère
Elle ne te fu pas amere,
Einsois te fu moult amiable,
2616Douce, courtoise et charitable ;
Si n'ies pas au blasmer tenus.
Car de tous biens estoies nus,
Et elle te prist erraument
2620Et t'alaita diligenment
De son lait, c'est de ses richesses,
De ses honneurs, de ses noblesses,
Et te fu norrisse et maistressc,
2624Favorable admenisteresse
De la gloire, t'environna
De tous les biens ou raison a,
C'est des biens qui sont de son droit.
2628Et tu ten plains ? Fais tu a droit ?
Que vues tu qu'elle plus te face ?
Ne ta elle fait assez grâce,
Quant elle t'a, se bien le gloses,
2632Fait user des estranges choses ?
Car elles ne sont mie tiennes,
Einsois sont de son droit et siennes.
Et quant riens n'i a qui soit tiens,
2636Fols yes, s'a mal paiez te tiens,
S'elle vuet ravoir en sa main
Ce qui sien est, d'ui a demain.
Tu sambles trop bien a celui
2640Qui a emprunté de l'autrui,
Et quant il est temps qu'il le rende,
Il a courrous, s'on li demande.
Einsi fais tu, ne plus, ne mains.
2644Mais pour ce que tu yes es mains
De Fortune dont je parole,
Je te pri, retien de m'escole
Que la ou elle est, si bien sont,
2648Et s'elle s'en part, il s'en vont,
Et cui elle aide, il est aidiés,
Cui elle laist, il est laissiez,
Ce m'est avis ; car par son cerne
2652Au jour d'ui chascuns se gouverne.
Mais il samble, a bien discerner,
Que tu la vueilles gouverner
Et que tu la vueilles contraindre,
2656Si qu'estable doie remeindre,
Ou autrement tu t'en pleindras.
Mais certes, assés a pleindre as,
S'oster la vues de sa nature
2660Qui tous jours a duré et dure,
Ne jamais autre ne sera,
Tant que li siècles finera.
Tu vois la mer quoie et paisible
2664Aucune fois, et puis horrible
La vois et pleinne de tourment,
Pour ce que le vent si forment
Y fiert, que ce sont mons et vaus,
2668Plus tosteourans que nuls chevaus,
Ne tous li mondes contrester
Ne porroit pas pour l'arrester.
Tout einsi Fortune se mue,
2672Ne jamais ne seroit tenue
Par force, ne par biau parler,
Si tost qu'elle s'en vuet aler.
Mais richesse et honneur emporte
2676Et tous biens qui sunt de tel sorte
Corn siens propres, ou nuls ne part,
Se sa grâce ne l'en repart ;
Si ne t'en deûsses pas pleindre.
2680Mais pour la vérité ateindre
Dou mal que dis qu'elle t'a fait,
Je di que riens ne t'a meffait,
Einsois a fait assés pour toy. »

L'Amant.

2684« Dame, comment ? Dites le moy. »

Esperence.

« Volentiers ! Elle t'a laissié
Ton sens qu'elle n'a point blecié,
Et ce qu'aimmes plus et desires,
2688C'est la vie dont tu yes sires.
Après, s'elle a sa face double,
Qui en fait et en dit se double,
Tourné vers toy a meins dou quart
2692Et fait de travers un regart,
T'en faut il einsi dementer,
Pleindre, plourer et tourmenter ?
Tu deùsses en sa muence
2696Penre cuer et bonne esperence
De mieus avoir, se fusses sages.
Ne dit on que li homs sauvages
S'esjoïst, quant il voit plouvoir,
2700Et chante ? Qui l'i fait mouvoir ?
L'espoir qu'il prent en son revel
Qu'après le lait il fera bel.
Ne tu n'as pooir de savoir
2704Que c'est joie, sans mal avoir.
Et aussi je t'apreng et moustre
Que proprement Fortune est moustre
De maleûrté a venir.
2708Si te deust bien souvenir,
Quant en si haut degré estoics,
Qu'en aucun temps descenderoies.
Mais Amour qui maint cuer aveugle
2712D'yeus et de cuer te fist aveugle,
Si que tu ne pensoies mie
A mener jamais autre vie,
Qu'elle ne te faisoit présent,
2716Fors seulement dou temps présent.
Mais en tout ce que tu proposes
Dois resgarder la fin des choses ;
Et s'aucune fois en meschiet,
2720Pour une, cent fois bien en chiet,
Car il n'est règle qui ne faille.
Pour ce ce proverbe te baille,
Que d'ore en avant bien te gardes
2724Qu'a la fin des choses regardes.
Et se bien pris garde y eüsses,
Ja de Fortune ne te fusses
Einsi pleins, ne de bonne Amour,
2728Car c'a esté pour ton millour
Quanqu'elles ont fait, et tout pour toy.
Pour c'escuser les vueil et doy,
Que donné t'ont par leur douçour
2732Cent joies pour une dolour.
Et tu meintiens tout le contraire,
Ce que pas ne deûsses faire.
Se te pri que plus ne t'aveingne,
2736Et qu'il te ramembre et souveingne
Que tu ne prises une prune
Désormais les biens de Fortune.
Ne te chaille, s'il vont et viennent ;
2740Et se avec toy ne se tiennent,
N'en dois estre liez ne dolens,
Car plus qu'oiselès sont volens.
Cils qui plus en a, plus li faut.
2744Dont ont li roy plus grant deffaut
Que n'ont la povre gent menue,
D'or, d'argent et de joiaus nue,
Et par deffaut de souffissance,
2748Car en leur cuer se boute et lance
Un ardant rain de convoitise
Qui si les ambrase et atise
Qu'il les art jusques es entrailles ;
2762Et si sont tous leurs esplois failles,
Tant comme il sont en telle ardure.
Je ne di mie que Nature
De po de chose n'ait assez ;
2756Mais se li mondes entassez
Estoit dou ciel jusqu'à la terre
De quanque cuers porroit requerre,
Dire et ymaginer d'avoir,
2760N'en y porroit il tant avoir
Qu'il peüst jamais, a droit dire,
A un cuer couvoiteus souffire,
Non certes cinc cens mille mondes
2764Qui par cinc cens mille fois combles
Fussent, si com je le devis.
Scez tu pour quoy ? Il m'est avis
Que, selonc mon jugement nice,
2768Riens ne souffist aadvarice ;
De quoy on voit tout en apert
Que qui tout couvoite tout pert,
Car on en pert Famé et le corps,
2772Joie, honneur. Et c'est mes acors.

Encor te pri je trop de cuer
Que tu n'oublies a nul fuer
Les deus précieuses vertus
2776Que je t'ay nommé ci dessus :
L'une est Souffissance la belle,
L'autre est Pacience, s'encelle.
Se tu les as, tu n'as regart
2780De Fortune au double regart,
Car elles sont si vertueuses,
Si dignes et si précieuses,
Que riens ne prisent le dangier
2784De Fortune, ne son changier,
Eins mettent Tomme a seurté
En chemin de Bonneurté.
Bonneurté est, ce me samble,
2788Ce qui donne ces sis ensamble :
Gloire, Délit et Révérence,
Puissance, Honneur et Souffissance.
C'est bien parfait et souverain
2792Qui vient dou maistre premerain
Qui est fin et commancement,
Trebles en un conjointement,
Uns en trois et un tout seul bien,
2796Ou il ne failli onques rien.

Je ne vueil mie que tu penses
Que d'amer te face deffenses ;
Eins vueil et te pri chierement
2800Que tu aimmes très loiaument ;
Qu'amy vray ne sont pas en compte
Des biens Fortune, qui bien compte,
Mais entre les biens de vertu.
2804Et pour ce t'enseingne que tu
Aies cuer vray, tant com vivras,
Car grant joie et gloire en avras ;
Et loiauté ja ne despite,
2808Se sa jus n'en as la mérite,
Qu'elle ne puet estre perdue
Qu'a cent doubles ne soit rendue.
Se ci ne l'est, c'est chose voire,
2812Se l'iert elle en siège de gloire.
Je t'ai dit ce que tu feras
Et qu'en vérité trouveras ;
Se tu le fais, bien t'en venra,
2816Et se non, il te mescherra.
Je te lairay, si m'en iray.
Mais au partir tant te diray
Que, se tu as mestier de my,
2820Amie entière, sans demy,
Me trouveras a toutes heures.
Si n'est pas bon que plus demeures,
Que vers ta dame ne te traies.
2824Mais garde bien que ne t'esmaies ;
Car ja ne te sera si fiere
Qu'elle te laidenge ne fiere,
Se ce n'est de ses très dous yeus
2828Rians, attraians et soutieus.
Mais je les tesmongne pour tels
Que leurs cops ne sont pas mortels ;
Car douce en est la blesseûre
2832Et aggreable la pointure.
Et se tu estoies si pris
De vëoir ta dame de pris
Que ne peüsses endurer
2836Ses dous yeus, ne contre eaus durer,
Et qu'entrepris de fine amour
Fusses, de honte et de püour,
Si que coulour et contenance
2840Perdisses, aies ramembrance
De moy toudis, comment qu'il aille ;
Car ja n'iert si fort leur bataille
Qu'elles ne soient desconfies
2844Dou tout, mais que tu ne m'oublies,
Car onques mes amis n'oubli.
Et se tu me mes en oubli,
Soies tous seurs et tous fis
2848Qu'en l'eure seras desconfis.
A Dieu te commant ; je m'en vois.
Mais einsois de ma clere vois
Te diray une baladelle,
2852De chant et de ditté nouvelle,
La quele tu emporteras,
Et en alant la chanteras,
Afin que tes cuers s'i déduise,
2856S'il a pensée qui li nuise.

BNF fr. 1586 45vE E) BNF fr. 1586 45v.

Balade.

En amer a douce vie
Et jolie,
Qui bien la scet maintenir,
2860Car tant plaist la maladie,
Quant norrie
Est en amoureus désir,
Que l'amant fait esbaudir
2864Et quérir
Comment elle monteplie.
C'est dous maus a soustenir,
Qu'esjoir
2868Fait cuer d'ami et d'amie ;

Qu'Amours par sa signourie
Humelie
L'amoureus cuer a souffrir,
2872Et par sa noble maistrie
Le maistrie,
Si qu'il ne puet riens sentir,
Que tout au goust de joïr
2876Par plaisir
Ne prengne, je n'en doubt mie.
Einsi sàous de merir,
Sans merir,
2880Fait cuer d'ami et d'amie.

Si doit bien estre chérie
Et servie,
Quant elle puet assevir
2884Chascun qui li rueve et prie
De s'aïe,
Sans son trésor amenrir.
De la mort puet garentir
2888Et garir
Cuer qui de santé mendie ;
De souffissance enrichir
Et franchir
2892Fait cuer d'ami et d'amie.

Quant elle ot fine sa balade,
Qui moult me fu plaisant et sade
Dedens le cuer et a l'oie,
2896Pour ce qu'onques mais armonie
Si très douce n'avoie oy,
Moult durement m'en esjoy.
Mais se li dous chans me plaisoit,
2900Tei joie le dit me faisoit
Que ne savoie auquel entendre.
Si mis moult grant peinne a l'aprendre,
Et la sceus en si po d'espace
2904Qu'eins qu'elle partist de la place,
Ne que toute l'eûst pardit,
Je la sceus par chant et par dit.
Et pour ce que ne l'oubliasse,
2908Failloit il que la recordasse.
Mais si com je l'imaginoie
En mon cuer, et la recordoie
De si très bonne affection
2912Que toute l'inclination
Des cinc sens que Dieus m'a donné
Y estoient si ordonné
Que n'avoie cuer ne penser
2916Que lors peüsse ailleurs penser,
Fors tant qu'adès me souvenoit
De celle dont mes biens venoit,
La dame fu esvanoïe.
2920Mais onques en jour de ma vie
Ne vi chose si tost perdue ;
Car j'en perdi si la veüe
Que je ne sceus qu'elle devint.
2924Lors plus de dis fois ou de vint
Resgardai entour la haiette,
Mais je ne vi riens fors herbette,
Arbres, fueilles, fleurs et verdure.
2928Car il n'i avoit créature
Fors moy seulet. Et quant je vi
Qu'Esperence avoit assevi
Tout ce que dire me voloit,
2932Et qu'einsi elle s'en voloit
Soudeinnement a recelée,
Je cheï en moult grant pensée
Et par ordre a recorder pris
2936Tout ce qu'elle m'avoit apris
De point en point, car bien pensoie
Qu'encor grant mestier en aroie.
Et par manière de mémoire
2940Tout le fait de li et l'istoire,
Si com je l'ai devant escript,
Estoit en mon cuer en escript
Par vray certein entendement
2944Mieus cent fois et plus proprement
Que clers ne le porroit escrire
De main en parchemin n'en cire.
Et c'estoit chose nécessaire,
2948Puis que je me voloie traire
Vers celle que Raisons doctrine,
Que j'ensieuisse sa doctrine
Et que souvent m'en souvenist,
2952Par quoy, se li cas avenist
Qu'Amours fust vers moy dongereuse
Et Biauté fine desdaingneuse,
Honte dame, Paour maistresse,
2956Et Dous Resgars en tele aspresse
Fust qu'il ne me deingnast vëoir,
Qu'encontre leur puissant pooir
Fusse viguereus et vassaus
2960Pour recevoir tous leurs assaus,
Pour tout souffrir en pacience.
Car grant vertus et grant vaillencc
Est de vaincre son adversaire
2964Par souffrir de cuer débonnaire.

Quant j'eus tout recordé par ordre,
Si qu'il n'i avoit que remordre,
Et en mon cuer la douce empreinte
2968De ses enseingnemens empreinte,
Je m'en senti trop plus seür,
Plus fort, plus rassis, plus meur.
Lors en mon estant me dressay
2972Et vers le guichet m'adressay
Par ou j'estoie la venus.
Mais je m'aperçu bien que nuls
N'estoit alez par ceste voie,
2976Depuis que venus y estoie ;
Qu'en riens n'i estoit dépassée
L'erbe poingnant, et la rousée
Clere et luisant seur l'erbe drue
2980N'estoit pas encor abatue,
Et cil oisillon qui mieus mieus
En plus de trente mille lieus
Tout aussi com par estrivées
2984Chantoient, les gueules baées,
Si qu'il faisoient restentir
Tout le vergier ; et sans mentir,
Eins qu'Esperence viseté
2988M'eüst en ma neccessité,
Mes scens estoit si pervertis
Qu'encor ne m'estoie avertis
Des oisillons, ne de leur noise,
2992Ne comment chascuns se degoise.
Mais c'a mal ne me doit tourner ;
Car deus choses font bestourner
Le scens et miïer en folour :
2996Ce sont grant joie et grant dolour.
Et grant dolour tel m'atournoit
Que mon mémoire bestournoit
Et qu'a nulle riens n'entendoie,
3000 Fors au grief mal que je sentoie.
Si m'abelli tant leur dous chans
Qu'einsois qu'il fust soleil couchans,
Je m'en senti a volenté
3004De cuer, de corps et de santé,
Tant pour la douce ramembrance
Que j'avoie en bonne Esperence,
Comme de ce que je pensoie
3008Que briefment ma dame verroie.
Et pour ce qu'estoie au retour
De vëoir son très noble atour,
Tantost fis en dit et en chant
3012Ce ci que présentement chant :

BNF fr. 1586 47vF F) BNF fr. 1586 47v.

Balade.

Dame, de qui toute ma joie vient,
Je ne vous puis trop amer, ne chierir,
N'assés loër, si corn il apartient,
3016Servir, doubter, honnourer, n'obeïr ;
Car le gracieus espoir,
Douce dame, que j'ay de vous vëoir,
Me fait cent fois plus de bien et de joie,
3020 Qu'en cent mille ans desservir ne porroie.

Cils dous espoirs en vie me soustient
Et me norrist en amoureus désir,
Et dedens moy met tout ce qui couvient
3024Pour conforter mon cuer et resjoïr ;
N'il ne s'en part main ne soir,
Einsois me fait doucement recevoir
Plus des dous biens qu'Amours aus siens ottroie,
3028Qu'en cent mille ans desservir ne porroie.

Et quant Espoir qui en mon cuer se tient
Fait dedens moy si grant joie venir,
Lonteins de vous, ma dame, s'il avient
3032Que vo biauté voie que moult désir,
Ma joie, si com j'espoir,
Ymaginer, penser, ne concevoir
Ne porroit nuls, car trop plus en aroie,
3036Qu'en cent mille ans desservir ne porroie.

Einsi fis mon chant et finay
Et au guichet m'acheminay
Par le chemin qui fu tout vert ;
3040Mais ne le trouvay pas ouvert,
Car einsi com je le fermay,
Estoit ; adont le deffermay.
Quant ouvers fu, je passay outre
3044Et le refermay bien au ploutre.
Ce fait, je me mis a la voie.
Mais trop durement liés estoie
De ce que nulle créature
3048Ne savoit riens de m'aventure.
Si m'en aloie tout chantant
Et déduisant en mon chant tant
Que je vi en assez po d'eure
3052Le lieu ou ma dame demeure.
Quant je le vi, je m'arrestay
Et pensé en mon arrest ay
Un petitet, que je feroie,
3056Ne comment je me cheviroie.
Car li cuers en corps me trambloit
Si très forment qu'il me sambloit
Qu'en deus partir deùst ou fendre.
3060 Si n'en savoie conseil prendre,
Car j'estoie tous estahis
Dou vëoir, et si esbahis,
Que vraiement retournez fusse,
3064S'Esperence avec moy n'eüsse.
Mais Esperence qui a soing
D'aidier ses amis au besoing
Et qui ne dort pas ne sommeille
3068Pour eaus conforter, einsois veille,
A celle heure ne dormi pas,
Eins me dist : « Biaus amis, mi pas
Ne sont pas ci endroit perdu.
3072Di : qui t'a einsi esperdu ?
Que te faut ? Ne que te demandes ?
Il couvient que raison m'en rendes,
Dont viennent ces pensées veinnes,
3076Que sans cause einsi te demeinnes! »

L'Amant.

« Je ne say, dame, par ma foy,
Fors que je sui en grant effroy,
Et en doubte m'estuet manoir,
3080Pour ce qu'ay veu le manoir
Ou mes cuers et ma dame meint.
Si pri Dieu qu'a joie m'i meint,
Car se je n'ay milleur conduit
3084Que de Pâour qui me conduit,
Je ne voy pas comment j'y aille. »

Esperence.

« Comment ? Crois tu que je te faille
Et que je fausse le couvent
3088Que je t'ay eu en couvent ? »

L'Amant.

« Dame, nennil. »

Esperence.

« Certes, si fais,
Ce m'est avis, quant einsi fais.
Di moy dont te vient la paour
3092Que tu as, ne celle frëour.
As tu doubtance de ton ombre ?
Je croy que c'est ce qui t'encombre. »

L'Amant.

« Dame, sauf vostre révérence,
3096De mon ombre n'ai pas doubtance.
Mais je ne say quele chalour
Qui s'est convertie en froidour
M'a seurpris et me tient au cuer
3100Si soudeinnement qu'a nul fuer
Ne porroie dire en quel point
Sui, ne comment elle me point,
Car j'ay chaut et froit si ensamble
3104Que tout a un cop sue et tramble,
Et s'ay toute vigour perdue,
Et aussi comme beste mue
Sui estahis enmi ces chans ;
3108Dont mes ris, ma joie et mes chans
Sont si feni, ne say pourquoy,
Qu'il me couvient taire tout quoy,
Se ce n'est pour ceste raison
3112Que j'ay veùe la maison
Qui trop plus belle est de tout estre,
Que ne soit paradis terrestre.
C'est li lieus ou ma douce amour
3116Et mes cuers aussi font demour :
Autre raison n'i say trouver.
Et pour ce vous vueil je rouver,
Dame, que vous me consilliez,
3120Ou perdus suis et essilliez,
Qu'en monde riens tant ne désir
Com vëoir ma dame a loisir ;
Mais je n'i voy tour ne ateinte
3124Sans vous, dont ma coulour est teinte. »

Esperance.

« Et comment te conseilleroie ?
Pour néant me travilleroie,
Car je pers en toy mon langage.
3128Uns oiselès en une cage
N'a pas l'entendement si dur
Com tu as. Juré t'ay, et jur,
Qu'a tous besoins me trouveras
3132Preste, quant mestier en aras,
Biaus amis, et tu ne m'en crois,
Dont tes maus durement acrois.
Tu le vois par expérience,
3136Car pour alegier la grevence
Qui moult te grieve et a neü,
Aussi tost com je l'ay sceu,
Tu m'as plus tost pour toy aidier
3140Que ne peùsses soushaidier.
Je t'avoie dit et enjoint
Que ton cuer fust a moy si joint
Qu'adès de moy te souvenist
3144Loing et près, quoy qu'il avenist.
Or voy bien qu'il ne t'en souvient,
Et pour c'estre einsi te convient,
Car s'il t'en fust bien souvenu,
3148Ja ce ne te fust avenu.
Pren cuer et va seürement
Vers ta dame, que vraiement
Gaite, escuz, deffense et fortresse
3152Te seray bonne, et la promesse
Que je t'ay promis, te tenrai,
Et sans prière a toy venray,
Com celle qui serai tes chiés
3156En tes biens et en tes meschiés.
Si dois estre moult asseür,
Quant partout einsi t'asseür.
Et la chalour qui en froidure
3160Est couvertie, c'est l'ardure
Qui s'est moult longuement couverte
En ton cuer. Or est descouverte
Et parmi ton corps espandue,
3164Dont a un cop tramble et tressue.
Et pour ce que le feu aproches
D'Amours qui te point de ses broches,
Pers tu manière et contenence,
3168Scens, joie, vigour et puissance.
Et aussi retien de mon art ;
« Qui plus est près dou feu, plus s'art. »
Orendroit plus ne t'en diray.
3172A Dieu ; je me departiray,
Sans ce que de toy me départe ;
Car il couvient que je me parte
En plus de cent mille parties
#176Qui aus amans sont départies.
Et quant de ci départiras,
Droitement celle part iras
Que tu verras ta dame gente,
3180Et tu yes en la droite sente. »

L'Amant.

Lors s'en parti ; je demouray
Et moult doucement savouray
En mon cuer ce que dit m'avoit ;
3184Et si très bon goust me savoit,
Que je fui tous asseoirez
Des mouvemens qui figurez
Estoient en mon cuer si fort
3188Qu'en moy ne savoie confort.
Et quant riens plus ne ressongnay,
A deus genous m'agelongnay
Emmi la sentelette estroite,
3192Les mains jointes, la face droite
Vers le lieu precieus et digne
Qui m'estoit apparence et signe
A l'esperence que j'avoie
3196Que la ma dame trouveroie.
Et pour ce qu'il n'afferoit pas
Qu'avent alasse un tout seul pas,
Que ne me meïsse en la garde
3200D'Amours et d'Espoir qui me garde,
De cuer devost, a humble chiere,
Encommensai ceste prière,
En eaus merciant doucement
3204De leurs biens tout premièrement

L'Amant.

« Amours, je te lo et graci
Cent mille fois et remerci,
Quant mon cuer qu'avoies nerci,
3208Tourblé, desteint et obscurcy
Et en ton martire adurci,
Par ta puissance
As amé et vues amer si
3212Que de ta douceur adouci
Et de ta clarté esclarci
L'as et fait dous son amer si
Que désirer me fais merci
3216En esperence.

Amours, je te vueil âourer
Com mon dieu secont et doutef,
De toutes mes vertus loèr,
3220Servir, obeïr, honnourer
De cuer, de corps et de penser.
Car en m'enfance
Me feïs loiaument amer,
3224Et les biens de toy désirer,
...
Et si doucement savourer
Qu'en vraie foy te vueil porter
3228Obéissance.

Amours, je ne savoie rien,
Nés différer le mal dou bien,
Quant a mon vrai cuer, que je tien,
3232Sans riens retenir, pour tout tien,
Donnas par ton soutil engien
La congnoissance
D'amer et d'estre en ton lien,
3236Et le présentas sans moien
Avec le corps et tout le mien
A ma dame, ce say je bien ;
Car tout li otriay corn sien
3240Pour sa vaillance.

Et se folement me sui pleins,
En moy démentez et compleins
De toy et des amoureus pleins
3244Dont j'estoie chargiez et plains,
Je te depri a jointes mains
Que a grevence
Ne metourt, et que plus ne meins
3248Ne t'en soit, car tiens suis remeins.
Si m'en dois estre plus humeins ;
Et se vois bien et yes certeins
Que tu yes mes chiés souvereins
3252Et ma créance.

Aussi doi je, se trop ne fail,
Locr Esperence, a qui bail
De moy et de mon cuer le bail,
3256Et mercier ; car se riens vail
Et s'a bien faire me travail,
C'iert sans doubtance
Par li ; car en mortel travail
3260Fui entre le coing et le mail,
Si que je ne donnasse un ail
De ma vie ; mais soustenail
Me fu, dame, amie et murail,
3264Tour et deffense.

Douce Esperence, c'est le port
De ma joie et de mon déport ;
C'est ma richesse, mon ressort ;
3268C'est celle en qui je me déport ;
Car es maus d'amours que je port
Ay tel plaisence,
Car quant il font plus leur effort
3272De moy grever, plus me confort,
Et tout par son noble confort
Suis je respitez de la mort
Qui m'eüst, s'elle ne fust, mort
3276Sans deffiance.

Elle m'a fait trop plus d'amour,
De courtoisie, de douçour,
D'onneur, de profit, de tenrour,
3280Qu'a nul autre ; car nuit et jour
Contre Désir soustient l'estour
Qui point et lance
Mon cuer d'une amoureuse ardour.
3284C'est ce qui garit madolour ;
C'est ce qui me tient en vigour ;
C'est mon refuge ; c'est ma tour ;
C'est celle ou sont mit mi retour ;
3288C'est ma fiance.

C'est celle qui m'a congneù
Par tout ou elle m'a sceü
Nu de joie et depourveü.
3292La doucement m'a repeû
De tous les biens qu'elle a peu,
Et d'aligence.
C'est celle qui a descreu
3296Mon mal, et ma joie acreü ;
De dous confort m'a pourveü,
Sans salaire avoir ne treiï,
Et des yeus de son cuer veü
3300En ma souffrance.

Et quant par vous tel bien recueil
Que de toute joie en l'escueil
Sui, plus assez que je ne sueil,
3304D'umble cuer et d'amoureus vueil
Vous pri, com cils qui aimme et vueil
Vostre acointance,
Que vous me menez jusqu'au sueil
3308Ou je verray le dous acueil
De ma dame ; et se lors me dueil,
Se vous n'avez le cuer et l'ueil
Vers moy, je serai mors de dueil
3312En sa présence.

Et se ma dame, que Dieus gart,
Deingne descendre son regart
Seur moy, a moitié ou a quart,
3316Je vous pri qu'aie scens ou art
Pour congnoistre de son espart
La différence,
S'il vient d'amours ou d'autre part
3320Car se son dousoueil me repart
Par amours de l'amoureus dart,
De riens n'arai jamais regart.
Se non, en moy sera trop tart
3324Desesperence.

Vous savez aussi qu'humblement
L'aim, serf, crein, désir loyaument
Plus qu'autre, ne moy proprement,
3328Et que siens sui si ligement
Que c'est sans nul département
Et sans muence.
Si devez mouvoir doucement
3332Son cuer et amoureusement,
Pour moy donner aligement,
Et li faire avoir sentement
Tel corn je l'ay, ou autrement
3336C'iert decevence.

Or en soit a vostre plaisir,
Car sans vous ne puis avenir
A la joie que tant désir ;
3340Mais je vous vueil tant oubeïr
Que pour ma dame vueil morir
En pacience,
Se c'est vos grez ; et se merir,
3344Sans l'onneur ma dame amenrir,
Me volez, vueilliez m'enrichir
D'assez li vëoir et oïr.
S'arai pais, merci, mon désir
3348Et souffissance. »

Et quant j'eus fine mon depri,
La ne lis pas moult lonc detri :
Eins me levay en mon estant.
3352Si m'aloient amonnestant
Amours, Désirs et dous Espoir
De ma chiere dame vëoir,
Tant que tantost m'acheminay
3356Par la sente, et mon chemin ay
Pris, en bon espoir, vers la tour
Ou maint ma dame au gent atour.
Mais n'alay pas le trait d'un arc
3360 Que près de la tour vi un parc
Ou prëaus ot et fonteneles,
Dames, chevaliers et pucelles,
Et d'autre gent grant compaingnie,
3364Moult joieuse et moult envoisie
Qui dansoient joliement ;
N'il n'avoient la instrument,
Ne ménestrels, fors chansonnettes
3368Deduisans, courtoises et nettes.
Quant je les vi, moult m'esjoy,
Et plus, quant je les entroï.
Lors alai tantost celle part.
3372Mais Amours qui de moy ne part,
N'Esperence, ma chiere amie,
De moy ne s'eslongierent mie,
Eins me tenoient par le frein.
3376Et je, qui pas ne me refrein
D'aler vers euls, si me hastay
Qu'outre une haiette hatay,
Et puis tantost fu en la place,
3380 Ou Dieus me fist si belle grâce
Que je vi que c'estoit ma dame.
Mais je n'os corps, ne cuer, ne jame,
Ne sanc, qui ne fremist en mi,
3384Quant je la vi ; car si frémi,
Que, se Dieus de li me doint joie,
Grant pàour de chëoir avoie.
Mais d'Esperence me souvint ;
3388Et vraiement, adont couvint,
Se je voloie avoir victoire,
Que je recourisse au mémoire
Que j'avoie escript en mon cuer,
3392Et que je ne gettasse en puer
Nuls de ses dous commandemens,
Ne de ses bons ensengnemens.
Si recordai si ma leçon
3396Qu'eins qu'on eust dit la chançon
Qu'une pucelette chantoit,
Mes cuers plus seùrs se sentoit ;
Car douce Esperence asseur
3400Le faisoit d'aucun boneür.
Si me tray près de la danse
Com cils qui a sa dame pense.
Mais la bonne et bien enseignie
3404Que Raison gouverne et maistrie,
Qui tant scet, tant puet et tant vaut
Que riens de bien en li ne faut,
De sa bonté tant m'enrichist
3408Que ses dous yeus vers moy guenchist.
Mais ce fu si très doucement
Qu'il me sambla, se Dieus m'ament,
Qu'elle m'amast de fine amour.
3412Et quant elle ot fait demi tour,
Que plus de moy fu aprochie,
En riant de sa courtoisie,
Moult courtoisement m'apella,
3416En disant : « Que faites vous la,
Biau sire ? Danciez avec nous! »
Et tantost me mis a genous
Et humblement la saluay.
3420Mais coulour pluseurs fois muay,
Einsi com je parloie a li,
Dont j'eus le vis teint et pâli.
Et vraiement, il me fu vis
3424Qu'elle congnut bien a mon vis
L'amour, le désir et l'ardure
De moy, et toute l'encloure,
Comment siens a tous jours estoie
3428Et comment par amours l'amoie.
Si me rendi courtoisement
Mon salu, et assez briefment,
Pour ce qu'on ne s'aperceùst
3432Que pour s'amour einsi me fust ;
Si me tendi son petit doy.
Et je, qui faire vueil et doy
Son voloir, ne fui pas remis
3436Dou penre, et a dancier me mis.
Mais dancié n'os pas longuement,
Quant elle me dist doucement
Qu'il couvenoit que je chantasse
3440Et que de chanter m'avisasse ;
Car venu estoit a mon tour.
Je li respondi sans demour :
« Ma dame, vo commandement
3444Vueil faire ; mais petitement
Me say de chanter entremestre.
Mais c'est chose qui couvient estre,
Puis qu'il vous plaist. » Lors sans delay
3448Encommensai ce virelay
Qu'on claimme chanson baladée.
Einsi doit elle estre nommée.

BNF fr. 1586 51rG G) BNF fr. 1586 51r.

Virelai.

Dame, a vous sans retollir
3462Dong cuer, pensée, désir,
Corps et amour,
Comme a toute la millour
Qu'on puist choisir,
3456Ne qui vivre ne morir
Puist a ce jour.

I.

Si ne me doit a folour
Tourner, se je vous aour,
3460Car sans mentir,
Bonté passés en valour,
Toute flour en douce odour
Qu'on puet sentir.
3464Vostre biauté fait tarir
Toute autre et anientir,
Et vo douçour
Passe tout ; rose en coulour
3468Vous doi tenir,
Et vos regars puet garir
3470Toute dolour.
Dame, a vous, &c.

II.

Pour ce, dame, je m'atour
De très toute ma vigour
A vous servir,,
3474Et met, sans nul villain tour,
Mon cuer, ma vie et m'onnour
En vo plaisir.
Et se Pité consentir
3478Vuet que me daingniez oïr
En ma clamour,
Je ne quier de mon labour
Autre merir,
3482Qu'il ne me porroit venir
Joie gringnour.
Dame, a vous, &c.

III.

Dame, ou sont mit mi retour,
Souvent m'estuet en destour
3486Pleindre et gémir,
Et, présent vous, descoulour,
Quant vous ne savez l'ardour
Qu'ay a souffrir
3490Pour vous qu'aim tant et désir,
Que plus ne le puis couvrir.
Et se tenrour
N'en avez, en grant tristour
3494M'estuet fenir.
Nompourquant jusqu'au morir
3496Vostres demour.
Dame, a vous, &c.

Après ma chanson commansa
Une dame qui la dansa,
Qui moult me sambloit envoisie,
3500Car elle estoit cointe et jolie.
Si prist a chanter sans demeure :
« Dieus, quant venra li temps et Veure
Que je voie ce que j'aim si ? »
3504Et sa chanson fina einsi.
Quant fine l'ot, ma dame dit :
« C'est bien et joliement dit,
Mais il est temps de nous retraire. »
3508Et lors se mirent au repaire
Vers le manoir tuit après li,
N'il n'ot en la place celi
Ne celle qui contredeïst
3512Chose que ma dame deïst.
Si laissierent tuit le dancier
Et s'en alerent sans tancier,
Ci un, ci deus, ci trois, ci quatre,
3516Pour eaus soulacier et esbatre.
Et ma dame m'arraisonna
Et d'encoste li me mena,
En demandant de mon affaire,
3520Einsi comme elle soloit faire,
Et m'enquist moult dont je venoie,
Et comment tant tenus m'estoie
Que je ne l'avoie veù,
3524Et aussi que j'avoie eu,
Quant je parti darreinnement
De li ; car moult soudeinnement
M'en parti, sans penre congié,
3528Ne onques mais si eslongié,
Ce dist, ne me vit de raison
Com la, et pour quele occoison
Ce fu que ne li vos despondre
3532Sa demande, n'a li respondre,
Et que toute la vérité
Li deïsse, ou j'avoie esté,
Sans mentir et sans couverture,
3536Et dont venoit ceste aventure.

Quant elle m'ot fait sa requeste
Qui fu raisonnable et honneste,
Car dame a loy de demander
3540Seur amant et de commander,
Je, qui souvent de cuer souspir,
Gettai un plaint et un souspir,
Car bien vi qu'il me couvenoit
3544Respondre, et il appartenoit.
Lors recouri je sans paresse
A Esperence, ma deësse,
Qui me mist en cuer et en bouche
3548De dire ce qui plus me touche.
Si que moult pàoureusement
Respondi assez simplement :
« Ma dame, refuser ne puis
3552Vostre commandement, et puis
Qu'il vous plaist, je vous en diray
Le voir, ne ja n'en mentiray,
Qu'a vous vérité n'iert couverte
3556De moy, pour gaaing ne pour perte ;
Mais volentiers m'en déportasse,
S'il vous pleiïst, dame, et j'osasse.
Si vous pri, ma dame, pour Dieu,
3560Que, se je di en aucun lieu
Chose qui vous puist anuier,
Vueilliés mon deffaut supplier,
Et vous pri qu'escusez en soie ;
3564Car volentiers pas ne diroie
Chose qui vous deüst desplaire.
De ce Dieu vueil a tesmong traire.

Ma dame, tout premièrement
3568Vous dirai le commencement,
L'estat, le fons et la racine
Qui la vérité détermine
De ce que vous me demandez,
3572Puis que vous le me commandez.
J'estoie juenes et petis,
Nices, enfes et enfantis,
Nus de scens et pleins d'innocence,
3576D'assez petite congnoissance,
D'estre en oiseuse coustumiers,
Dame, quant je vous vi premiers,
Ja soit einsi qu'encor en soie
3580Mieus garnis que je ne vorroie.
Si que l'imagination
De moy et l'inclination
Si mis et toute ma plaisence
3584En vous, dame ; que, sans doubtance,
Vous m'estiés exemplaire et voie
De tout ce que faire dévoie ;
Ne il ne m'estoit mie avis
3588Que sans vous vëoir fusse vis,
Et en vous si toute m'entente,
Mon cuer mettoie, et ma jouvente,
Que vostre oueil, vos fais et vos dis
3592Estoient mon droit paradis.
Si m'avisay que je feroie
Selonc ce que je sentiroie
Pour vous et a vostre loange
3596Lay, complainte ou chanson estrange ;
Qu'a vous n'osasse, ne sceüsse
Dire autrement ce que j'eüsse,
Et me sambloit chose plus bêle
3600De dire en ma chanson nouvelle
Ce qui mon cuer estreint et serre,
Que par autre guise requerre.
Si ris un lay dou sentement
3604Que j'avoie au commancement,
Et fu devant vous aportez,
Dont puis fu si desconfortez
Que je cuidai bien que la mort
3608M'eûst sans remède la mort.
Car, ma dame, vous m'apellastes
Et lui lire me commandastes.
Si le vous lus de point en point,
3612Rudettement et mal a point,
Comme cils qui en grant frisson
Fu qu'il n'i eust mesprison ;
Et pour ce que nuls ne savoit
3616Encor qui ce lay fait avoit,
Ma dame, vous me demandastes
Qui l'avoit fait, et me priastes
Que sans mentir le vous deïsse.
3620Et je, qui jamais ne feïsse
Riens qui desplaire vous deüst,
Fors ce qui plaire vous peùst,
Et qui mentir ne vous voloie,
3624Et aussi, dame, je n'osoie
Dire que ce fust de mon fait,
Pour ce que je Tavoie fait
Et que je vous eüsse ouvert
3628L'amour que tant vous ay couvert
Que plus ne la vous puis couvrir,
Einsois la m'estuel descouvrir ;
S'estoit mes cuers en fait contraire
3632Ou de respondre ou de moy taire ;
Car lequel faire ne savoie.
Pour ce pris la moienne voie
Et me parti de présent vous
3636En tel dueil et en tel courrous
Qu'a po que mes cuers ne partoit,
Quant mes corps einsi s'en partoit.
Et certes, pour très tout l'avoir
3640Qu'on porroit désirer n'avoir,
Ne vous eüsse respondu,
Tant me senti je confondu
De scens, de force et de parler.
3644Et pour ce m'en couvint aler
Plaingnant, plourant et soupirant,
La mort querant et désirant,
Tant que je vins par aventure
3648En une trop belle closture.
Si m'en alai en un destour,
Et la fis je de ma tristour
Et de Fortune une compleinte,
3652Par qui ma joie estoit esteinte.
Et vraiement, j'estoie mors,
Sans avoir de vie remors ;
Mais Douce Esperence acouri
3656Qui au besoing me secouri
Et vint en trop plus belle fourme
Mil fois, que Nature ne fourme.
Car, a briés mos, elle fu telle
3660Qu'elle sambla esperituele,
N'onques mais riens si bel ne vi,
Ne si cler ; et la me plevi
Amour, loiauté, compaingnie,
3664Foy, secours, confort et aie,
Se je la voloie ensuïr
Et desesperence fuir.
La doucement me conforta ;
3668La me gari ; la m'aporta
Pais, joie, honneur, santé, richesse,
Et m'osta doleur et tristesse.
Les armes qui sont en l'escu
3672Des vrais amans, et la vertu
Des coulours m'aprist a congnoistre,
Sans oublier ne descongnoistre,
Et comment Fortune a constance
3676En li mouvant ; ceste doubtance
M'osta et dist par raison clere
Comment en douceur est amere.
Après, dame, elle m'a si duit
3680Qu'elle m'a jusqu'à vous conduit,
Car, par m'ame, jamais n'i fusse
Venus, s'avec moy ne l'eüsse.
Se vous suppli de cuer devost,
3684Chiere dame, puis qu'elle vost
Et vuet encor que sans partie
Aies mon cuer, mon corps, ma vie,
Que vous ne la vueilliez desdire
3688De ce qu'elle m'a volu dire.
Car, dame, se vous l'avouez,
La serai ou je sui vouez ;
Et ce non, il i'aurra partir
3692Mon cuer et morir com martir
Pour vous très dolereusement,
Qu'a moy n'apartient nullement,
Dame, que je face depri
3696A vous de joie ne d'ottri ;
Car refus de dame périt
En amant cuer et esperit,
Chiere dame, et se je l'avoie,
3700Certes, bien sai que je morroie.
S'aim mieus qu'elle soit refusée
Que moy, et s'elle est avouée,
J'arai quanque mes cuers désire ;
3704Si me devra plus que souffire.
Et s'il vous plaist, madame chiere,
A resgarder la darreniere
Chansonnette que je chantay,
3708Que fait en dit et en chant ay,
Vous porrez de legier savoir
Se je mens ou se je di voir.
Se vous pri qu'il vous en souveingne
3712Et que pité de moy vous preingne,
Car si vostres sui et serai ^
Que jamais autre n'amerai. »

Quant j'os parfiné ma response,
3716Ma dame, qui rest et qui ponse
Mes maus, mes anuis, mes durtds
Et toutes mes maleürtez
Seulement de son dous regart,
3720Me respondi : « Se Dieus me gart,
Ceste aventure est gracieuse,
Comment qu'elle soit mervilleuse.
Mais de ce lay que vous me dites.
3724Est ce voirs que vous le feïstes ? »

L'Amant.

« Certeinnement, ma dame, oïl. »

La Dame.

« Vous aida nuls ? »

L'Amant.

« Dame, nennil,
Fors vous seule en qui je prenoie
3728Chant, rime et matere de joie. »

La Dame.

« Et pour qui le feïstes vous ? »

L'Amant.

« Pour vous, dame, a qui je sui tous. »

La Dame.

« Estes ? »

L'Amant.

« Oïl. »

La Dame.

« C'est fort a croire. »

L'Amant.

3732« Par m'ame, c'est parole voire,
Einsi comme est la patenostre,
Que le ris et que je sui vostre,
Ma dame, et vostre honneur soit sauve
3736Que j'aim, vueil, désir, quier et sauve,
Com celle que je vueil sauver
Tant com m'ame qu'ay a sauver. »

La Dame.

« El veïstes vous Esperence
3740En la fourme et en la samblancc
Que ci le m'avez devisé ? »

L'Amant.

« Ma dame, oïl. Et se visé
Y avoie et pensé cent ans,
3744Ne diroie je de cent tans
Sa bonté, ne sa grant biauté,
Ne la parfaite loiauté
Qu'elle m'a promis a tenir.
3748Et pour ce m'a fait ci venir
Et m'a promis vie joieuse,
Et qu'a moy sériés gracieuse.
Si vous devez moult aviser
3752Que sa requeste refuser
Ne vueilliés ; et mentir n'en quier :
Se riens vous depri ou requier,
C'est de par li et en son nom
3756Qui est de si noble renom
Qu'en monde n'a pais ne règne
Qu'elle n'i soit, qu'elle n'i règne,
Et que chascuns ne se resjoie,
3760Que de li vuet avoir la joie.
Nompourquant vous estes si sage,
Dame, et de si noble corage,
Que vëoir pouez a mon plaint
3764Qu'assez rueve qui se complaint.
Mais riens demander ne vous ose,
Amour, merci, ne autre chose,
Qu'a moy n'apartient nullement,
3768Et on dit que communément
Demander vient de villonnie,
Et loange de courtoisie. »

La Dame.

« Vous dites voir ; c'est ce qu'on dist.
3772Et aussi cils qu'on escondist
Doit estre honteus, s'il est sages,
Soit grans, petis, vallès ou pages.
Il couvient que pour fol se rende
3776Qui ne s'avise, eins qu'il demande ;
Et aussi vient souvent contraire
De parler, quant on se doit taire,
Car on dit que trop parler cuit.
3780Et vraiement, si corn je cuit.
Qui plus couvoite qu'il ne doit,
Sa couvoitise le déçoit.
Et demander de couvoitise
3784Est engenrez contre franchise ;
N'on ne doit pas si haut monter
Qu'on ait honte dou desvaler,
Eins doit on le moien eslire,
3788Car meintes fois ay oï dire,
Qui plus haut monte qu'il ne doit
De plus haut chiet qu'il ne vorroit.
Pour ce fait bon parler a point
3792Par scens, par avis et par point,
Doucement, sans manière ruste,
Et demander ce qui est juste,
Car encontre bon demandeur
3796Appartient bon escondisseur.
Et, biau sire, Bonne Esperence
Qui moult a valour et puissance,
Comme sage et bien doctrinée,
3800Loial, juste et bien avisée,
Vous a consillié sagement,
Ce m'est avis. Et vraiement,
Tant vaut, tant scet, tant a pooir,
3804Tant puct aidier, tant puet valoir,
Tant est pour chascun nécessaire,
Tant est courtoise, débonnaire,
Bonne, gentil, franche, amiable,
3808Loial, noble, honneste, crëable,
Large de joie et de confort,
Abandonnée en reconfort,
A bien faire et raison encline,
3812Tant par est nette, pure et fine
En fais et en meurs, que son ouevre
Bonne appert partout ou elle ouevre.
Tant est bonne en condicion
3816Et vraie, qu'a m'entention
On ne devroit riens escondire
Qu'elle vosist faire ne dire.
Si ne seroie pas vaillant,
3820Se je li estoie faillant,
Ne s'en riens la desavouoie.
Pour ce dou tout mes cuers s'ottroie
A son plaisir et a son vueil,
3824Car tout ce qu'elle vuet je vueil ;
N'a ce mon cuer n'iert anemi
Qu'elle a dit et promis de mi,
Eins yert bonnement avouée,
3828Sans penre terme ne journée.
Si que, biaus dous loiaus amis,
Tout ce qu'elle vous a promis
Aveu, ratefi et tenray,
3832Si que ja contre ne venrav.
Pour ce vous pri que des or mais
Soiez cointes, jolis et gais,
Loiaus, secrez sans venterie,
3836Car vous avez loial amie.
Et certes, amis, bien pensoie
Que la vostre amour estoit moie,
Comment que riens n'en deïssiez
3840Et que samblant n'en feïssiez.
Mais quant Esperence s'en mesle,
Je ne doy pas estre rebelle
A son voloir, einsvous ottroy
3844Loiaument de m'amour l'ottroy ;
Qu'elle m'a dit que vous m'amez
Et vuet qu'amis soiez clamez. »

L'Amant.

Adont me mis sans detrier
3848A genous pour li mercier.
Mais elle tantost s'abaissa
Vers moy et pas ne m'i laissa,
Einsois volt que je me dressasse
3852Et qu'en alant a li parlasse.
Si que je me levay tous drois
Et la merciay, ce fu drois,
Nom pas einsi com je dévoie,
3856Mais si com faire le savoie.
Et quant je l'os remercié
Cent mille fois et gracié
De l'onneur qu'elle me faisoit,
3860Quant mon cuer einsi appaisoit,
Comment que, sans riens retenir,
Siens fusse, et siens me vueil tenir,
Einsi corn ci dessus dit l'ay.
3864Encores li renouvelay
Et li donnay le cuer de my,
Corps, foy et loiauté d'amy
A tous jours mais, sans dessevrer,
3868Tant que mors m'en fera sevrer.
Et elle les reçut et prist,
Dont mon cuer de grant joie esprist.
Et pour ce qu'on n'aperceust
3872Riens de nos amours ou sceüst,
Une damoiselle appella,
Qui tost oÿ son appel a.
Si li parla d'autre matière ;
3876Et lors je me treï arrière
Devers dames et damoiselles
Qui enquirent de mes nouvelles
Et me firent pluseurs partures
3880D'amours et de ses aventures.
Certes, et je leur respondoie
Moult long de ce que je pensoie,
Car toudis leur fis dou blanc noir,
3884Tant que nous fumes au manoir
De quoy nous estiens assez près.
Si y venimes tuit après
Ma dame qui devant aloit.
3888Drois fu, car Raisons le voloit.

Quant la fumes, ce fu mes grez.
Si montâmes par les degrez
En une chapelle moult cointe,
3892D'or et de main de maistre pointe
Et des plus très fines coulours
Qu'onques mais veisse quelours.
Si fu la messe apparillie,
3896Dévotement ditte et oye.
Et la fis je mes orisons
A Dieu, et mes afflictions,
Qu'il me vosist sauver ma dame
3900En honneur, en corps et en ame,
Et qu'eur, scens, grâce et vigour
De garder sa pais et s'onnour
Me donnast, et de li servir
3904Pouoir, si corn je le désir,
Et qu'elle eüst com raisonnable
Mon petit service aggreable.
Ce fu la fin de ma prière.
3908Quant la messe fu dite entière,
J'o'i sonner une trompette
Dont uns chambellains haut trompette.
Qui adont veist gent de court!
3912Chascuns a son office accourt,
L'un devers la paneterie,
Et l'autre en la boutillerie,
Li autre vont en la cuisine,
3916Selonc ce que chascuns cuisine.
Messagiers et garsons d'estables
Dressent fourmes, trestiaus et tables.
Qui les veist troter et courre,
3920Herbe aporter, tapis escourre,
Braire, crier et ramonner
Et l'un a l'autre araisonner,
François, breton et alemant,
3924Lombart, anglois, oc et norment
Et meint autre divers langage,
G'estoit a oïr droite rage.
Qui d'autre part veïst pingnier,
3928Polir, cointoier, alignier
Vallès tranchants et eaus parer
Et pour leur maistre pain parer,
Faire tailloirs, demander napes
3932Et de leurs mains oster les râpes,
L'un seoir jus, l'autre troter,
Et l'autre ses crotes froter,
Laver et nettoier leurs mains,
3936A l'un plus et a l'autre mains,
Einsois qu'on alast asseoir,
G'estoit merveilles aveoir.
Car il menoient moult grant noise,
3940Einsi com chascuns crie et noise :
« Faites tost ; la messe est chantée,
Et l'iaue est grant piessa cornée. »

Quant on ot chanté tout attrait,
3944Chascuns ala a son retrait,
Qui dut son corset desvestir,
Pour le seurcot ouvert vestir.
Après vint chascuns en la sale
3948Qui ne fu vileinne ne sale,
Ou chascuns fu, ce m'est avis,
A point honnourez et servis
Einsi de vin et de viande
3952Com corps et appetis demande.
Et la pris je ma soustenance,
En regardant la contenance,
L'estat, le maintieng et le port
3936De celle ou sont tuit mi déport.
Mais qui veïst après mengier
Venir ménestrels sans dangier,
Pingniez et mis en pure corps!
3960La firent mains divers acors.
Car je vi la tout en un cerne
Viële, rubebe, guiterne,
Leü, morache, michanon,
3964Citole et le psalterion,
Harpe, tabour, trompes, naquaires,
Orgues, cornes, plus de dis paires,
Cornemuses, flajos, chevrettes,
3968Douceinnes, simbales, clochettes,
Tymbre, la flaüste brehaingne,
Et le grant cornet d'Alemaingne,
Flajos de saus, fistule, pipe,
3972Muse d'Aussay, trompe petite,
Buisines, eles, monocorde
Ou il n'a c'une seule corde,
Et muse de bief tout ensemble.
3976Et certeinnement, il me semble
Qu'onques mais tele mélodie
Ne fu veüe ne oie,
Car chascuns d'eaus, selonc l'acort
3980De son instrument, sans descort,
Viéle, guiterne, citole,
Harpe, trompe, corne, flajule,
Pipe, souffle, muse, naquaire,
3984Taboure, et quanque on puet faire
De dois, de penne et de l'archet
Oy j'et vi en ce parchet.

Quant fait eurent une estampie,
3988Les dames et leur compaignie
S'en alerent, ci deus, ci trois,
En elles tenant par les dois,
Jusqu'en une chambre moult belle ;
3992Et la n'ot il celui ne celle,
Qui se vosist esbanier,
Dancier, chanter ou festier
De tables, d'eschaz. de parsons,
3996Par gieus, par notes ou par sons,
Qui la ne trouvast sans arrest
A son vueil l'esbatement prest.
Et si ot des musiciens
4000Milleurs assez et plus sciens
En la vica et nouvele forge
Que Musique qui les chans forge,
N'Orpheus, qui si bien chanta
4004Que tous ceaus d'enfer enchanta
Par la douceur de son chanter,
Devant eaus ne sceust chanter.
Quant on ot rusé longuement,
4008Uns chevaliers isnelement
Hucha le vin et les espices.
Bien croy que ce fu ses offices,
Car en l'eure, sans delaier,
4012V coururent li escuier.

Quant on ot espices eu
Et de ce vermillet beu,
Midi passa ; la nonne vint.
4016Pour ce penre congié convint ;
Si le prist chascuns et chascune
Selonc la manière commune.
Mais j'atendi tous des darriens,
4020Gom cils qui ne pensoie a riens,
Fors a ma douce dame gente
Que je véoie la présente.
Et quant je vi qu'il fu a point
4024D'aler vers li, n'atendi point,
Einsois m'alai recommander
A li et congié demander.
Se li dis d'une vois bassette
4028Et de manière assez simplette :
« Moy et mon cuer vous recommant,
Ma dame, et a Dieu vous commant,
Corn cils qui vivre ne porroie,
4032Se par amours ne vous amoie,
Car l'amour de vous me soustient
En vie et en joie me tient. »
Elle, com vaillant et courtoise,
4036Bonne et sage, sans faire noise,
Me respondi :

La Dame.

« Mes chiers amis,
Puis qu'Amours ad ce nous a mis
Que nos deus cuers ensamble joindre
4040Vuet sans partir et sans desjoindre,
Et que faire vuet un de deus,
Pour Dieu, ne faisons paire d'euls.
Car il sont perdu et honni,
4044Se si pareil et si onni
Ne sont qu'en bien et mal commun
Soient, et en tous cas comme un,
Sans pensée avoir de maistrie,
4048De haussage ou de signourie.
Qu'adès a tençon et rumour
Entre signourie et amour.
Et seurtout que chascuns regarde
4052Qu'onneur et pais a l'autre garde.
Et pour ma pais je vueil savoir
Dont cilz anelès vint, qu'avoir
Ne vous vi onques mais anel. »

L'Amant.

4056Je dis : « Ma dame, ce m'est bel
Que le sachiés ; si le sarez,
Et se vous volez, vous Tarez.
Esperence le me donna,
4060Quant a moy tant s'abandonna
Que foy et amour me promist,
Et de son doi en mien le mist. »

La Dame.

« Fist ? »

L'Amant.

« Ma dame, oïl, vraiement. »

La Dame.

4064« Et je vueil qu'amiablement
De vostre anel au mien changons,
Et que ce soient nos changons. »

L'Amant.

Et je, qui de ce grant joie eus,
4068Li respondi com moult joieus :
« Chiere dame, Dieus le vous mire. »
Lors prist doucement a sousrire
Et de sa blanche main polie,
4072Poteleuse, nette et onnie,
En signe d'eüreus amant
Me mist un trop biau diamant
En mon doy, et prist l'anelet
4076D'Esperenee, tel comme il est.
Mais tout einsi qu'elle tenoit
Mon doy, soudeinnement venoit
Entre nous deus Douce Esperence,
4080Pour parfaire ceste aliénée,
Dont moult lié et moult joieus fumes,
Quant a nostre conseil l'eûmes,
Pour ce que, se li uns deïst
4084Riens contre l'autre ou meffeïst,
Qu'elle le peùst corrigier
Et selonc son meffait jugier
Avec amour et loiauté
4088Qui ont la souvereinneté
Et qui sont des amoureus juge,
Pour ce que chascuns a droit juge,
Et qu'elle peiïst tesmongnage
4092Porter que de loial corage
Me donna s'amour et je li.
Si que de nous n'i ot celi
Qui adont par dit et par fait
4096Ne l'acordast de cuer parfait.
Atant de ma dame parti ;
Mais d'un regart me reparti
Si vray et d'un si dous langage,
4100Qu'elle retint mon cuer en gage.
Dont si liez fu et si joians
Que de tous les biens fu joians,
Quant Esperence ot asscvi
4104Si bien ce qu'elle m'ot plevi,
Et pour la joie que j'avoie
Ce rondelet fis en ma voie :

BNF fr. 1586 56vH H) BNF fr. 1586 56v.

Rondelet.

« Dame, mon cuer en vous remaint.
4108Comment que de vous me départe.
De fine amour qui en moy maint,
Dame, mon cuer en vous remaint.
Or pri Dieu que li vostres m'aint,
4112Sans ce qu'en nulle autre amour parte.
Dame, mon cuer en vous remaint,
Comment que de vous me départe. »

Quant j'eus fine' mon rondelet,
4116Je me mis en un sentelet
Qui me mena en une marche
Ou toute joie maint et marche,
D'armes, d"amours, de festoier,
4120De jouster et de tournoier,
Et de toute autre bonne vie.
Si me mis en la compaingnie
Et fis a mon petit pooir
4124Selonc ce que je pos vëoir
Que li autre se demenoient,
Et vos faire ce qu'il faisoient,
Comment qu'a droit ne le feïsse ;
4128Mais il failloit que j'aprenisse,
Car qui n'aprent en sa juenesse,
Il s'en repent en sa vieillesse,
S'il est tels qu'il le sache entendre :
4132Car trop noble chose est d'aprendre.
Pour ce mes cuers s'i deduisoit,
Car ma dame ad ce me duisoit.
La demouray longuettement
4136En joie et en esbatement,
Tant qu'il fu temps de repairier
Vers celle ou sont mi desirier.
Si me mis briefment au retour
4140Vers son gent et faitis atour
Cointe et bel ; si vins a tele heure
Que je cuidai, se Dieus m'onneure,
Que li cuers me deiïst partir.
4144Car je vi de moy départir
Ses tre's dous yeus, et autre part
Traire et lancier leur dous espart ;
Et ne sceus se ce fu a certes ;
4148Mais j'en fui près de morir, certes ;
Car de samblant et de manière,
De cuer, de regart et de chiere
Qu'amis doit recevoir d'amie,
4152Me fu vis qu'elle estoit changie,
Et pensay qu'elle le faisoit
Pour autre qui mieus li plaisoit.
Lors renouvela ma pesence,
4156Et che'i en une doubtance
Si grief, si pesant et si pesme,
Que de joie ne que de cresme
Dedens mon cuer ne demouroit
4160Pour la doubte qui l'acouroit.
Lors fu en grant merencolie
Comme cils qui pense et colie,
Contrepense, estudie et muse,
4164S'a certes estoit, ou par ruse,
Ou se ses cuers einsi plaier
Me voloit, pour moy essaier.
Mais si très aviseement
4168Le faisoit et si soutieument
Que je ne pos onques le voir
De la mansonge concevoir.
Si m'avisai que je feroie,
4172Et pensai que je li diroie :
« Ma chiere dame, vous savez
Comment moy et mon cuer avez,
Comment je vous aim sans retraire,
4176Comment vous me poëz deffaire
Et mettre a mort, se vous volez,
Se vo dous regart me tolés.
Dame, et se vous avez corage
4180D'autre recevoir en hommage,
Ou de moy tenir en penser,
Qu'envers moy daingnissiés fausser,
Ou de moy de vous estrangier
4184Qui sui en vostre dous dangier,
Pour Dieu, dame, tant vous fiez
De moy, las! que vous m'ociez,
En moy disant sans couverture
4188Que vous n'avez mais de moy cure.
Car il me vaut trop mieus morir
Pour vous a un cop que languir. »
Si que tout einsi, sans attente,
4192Li dis tout mon cueret m'entente.

Si m'escouta diligenment
Et me respondi erranment :
« Biaus dous amis, soiez en pais
4196De tout ce que je di et fais ;
Car je le fais pour le millour
Et pour mieus celer nostre amour.
Car qui en amours ne scet feindre,
4200Il ne puet a grant joie ateindre,
N'il n'a pooir de bien celer
Ce qu'il ne vorroit révéler ;
Car li mondes est si divers,
4204Si mesdisans et si pervers
Et pleins de si fausse contrueve
Qu'au jour d'ui on dit et contrueve
Ce qui onques ne fu pensé.
4208Amis, et pour ç'ay je pensé
De faire un samblant gênerai
A tous, sans riens d'especial,
Fors a vous seul, quant poins sera ;
4212Ne ja vos cuers ne trouvera
En moy, dont doiez avoir doubte
Que m'amour ne soit vostre toute,
En honneur et en loiauté,
4216Sans nul rain de desloiauté. »

L'Amant.

Ma dame einsi m'asseûra
Et de ce moult fort me jura.
Comment que puis mainte pàour,
4220Maint dur assaut et maint estour,
Meinte dolour, meinte morsure
Et meinte soudeinne pointure,
Maint grief souspir, mainte hachie
4224Et mainte grant merencoîie
M'en ait couvenu soustenir,
Nompourquant je me vos tenir
De tous poins a' fermement croire
4228Qu'elle disoit parole voire.
Car cils qui encontre lui pense
A par lui se rïote et tense,
N'a droit ne se puet resjoïr,
4232Qu'il ne puet de joie joïr.
Et d'autre part, loiauté pure,
Bonté, raison, scens et droiture,
Franchise, honneur et gentillesse.
4236Honte, vérité et noblesse,
Avec toutes bonnes vertus
Dont ses gens corps est revestus
Qui a toute heure l'acompaignent,
4240Gardent, nourrissent et enseingnent,
Ne se deingnassent assentir
Qu'en riens la laissassent mentir.
Et aussi qui aimme sans blâme
4244En tous cas doit croire sa dame,
Einsi comme il vuet qu'on le croie.
Si que pour ce je la crëoie,
Et qu'il m'iert vis qu'en amité
4248Me disoit pure vérité,
Que j'estoie en sa bonne grâce.
Or doint Dieus que jamais ne face
Chose de quoi perdre la puisse,
4252Et qu'amie et dame la truisse,
Einsi com je li suis amis,
Qui a li sui donnez et mis,
Sans partir en, n'a mort, n'a vie :
4256Car qui bien aimme, a tart oublie.

Mais en la fin de ce traitié
Que j'ay compilé et traitié
Vueil mon nom et mon seurnom mettre,
4260Sans sillabe oublier, ne lettre ;
Et cils qui savoir le vorra
De legier savoir le porra :
Car le quart ver, si com je fin,
4264Commencement, moien et fin
Est de mon nom, qui tous entiers
Y est, sans faillir quars ne tiers.
Mais il ne couvient adjouster
4268En ce quart ver lettre, n'oster,
Car qui riens y adjousteroit,
Mon nom jamais ne trouveroit,
Qu'il n'i eüst ou plus ou mains.
4272Et pour ce que je suis es mains
De loyal Amour que j'aim si,
Li fais hommage et di einsi :

« Bonne Amour, je te fais hommage
4276De mains, de bouche, de corage,
Com tes liges sers redevables,
Fins, loiaus, secrez et estables,
Et met cuer, corps, ame, vigour,
4280Désir, penser, plaisence, honnour
Dou tout en toy avec mon vivre,
Com cils qui vueil morir et vivre
En ton service, sans retraire.
4284Et certes, je le doi bien faire,
Quant tu me donnes tel espoir
Qu'adès mieus recevoir espoir,
Et que ma douce dame chiere
4288De bon cuer et a lie chiere
Verra ce dit qu'ai mis en rime,
Comment qu'assez nicement rime.
Et cils espoirs qui en moy maint
4292Qu'encor ma chiere dame m'aint
Mon cuer si doucement resjoie
Qu'en grant santé et en grant joie
Li change mal, u tu me dis
4296Que pris en gré sera mes dis.
Or doint Dieus^qu'en bon gré le pregne,
Et qu'en li servant ne mesprengne. »[1]

Explicit Remède de Fortune.